Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 10:58

Plusieurs fois nous avons évoqué la hausse régulière des projections démographiques de l’ONU. Le phénomène continue. Pour la troisième fois en effet l’Onu vient de publier  une réévaluation qui confirme cette tendance . De nouveau, nous serons plus nombreux que nous ne le pensions et la stabilisation se fera plus tardivement et à un niveau plus élevé.

Voici les derniers chiffres publiés, il s’agit là de la projection moyenne, l’ONU proposant par ailleurs une fourchette encadrant ces données par une valeur plus basse et par une autre plus élevée.

 

Projections démographiques mondiales pour 2050 (ONU)

 

Révision 2008 : 9,1 milliards d’habitants

Révision 2010 : 9,3 milliards d’habitants

Révision 2012 : 9,6 milliards d’habitants

Révision 2014 : 9,7 milliards d’habitants

 

Projections démographiques mondiales pour 2100 (ONU)

 

Révision 2010 : 10,1 milliards d’habitants

Révision 2012 : 10,9 milliards d’habitants

Révision 2014 : 11,2 milliards d’habitants

 

Il est donc maintenant ouvertement envisagé que le seuil des 11 milliards d’habitants soit franchi à la fin du siècle. Dès 2030 nous serons 8,5 milliards. Nous étions 6 milliards en l’an 2000, nous aurons donc gagné 2,5 milliards en 30 ans, soit autant que toute l’humanité de ses débuts jusqu’à 1950 ! Depuis cette date, pourtant pas si lointaine, les hommes auront vu leurs effectifs multipliés par 3,4 !

Il va de soi aussi que plus le temps s'écoule, plus ces projections deviennent plausibles. La dernière estimation pour 2050 (9,7 milliards donc), est désormais sans doute très proche de ce que sera la réalité. Nous ne  sommes qu'à 35 ans de la moitié du siècle.

Ces réévaluations contredisent évidemment un discours ambiant selon lequel la transition démographique se généralise assez vite. L’importance de la population de l’Asie (4,4 milliards d’habitants) et le taux de croissance de l’Afrique où la fécondité est encore proche de 5 enfants par femme (4,8 dans les publications de l’Ined : Population et Sociétés 2013) viennent mettre à bas les discours par trop rassurants.

Dans ce monde-là, même si nous étions capables momentanément de nourrir tous les hommes, quelle place laisserions-nous à la nature ? Cette expansion générale, cette omniprésence aussi peu dénoncée n’est-elle pas aussi le signe d’un rapport au monde outrageusement dominateur, d’un état d’esprit global de l’humanité qui augure très mal de sa capacité à régler les problèmes de demain ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Zuindeau 09/01/2016 16:12

Article intéressant et préoccupant... Question : savez-vous à partir de quelle année, les démographes (notamment de l'ONU) ont commencé à réviser leurs projections à la hausse ? (ici la série commence en 2008, mais j'imagine que ce n'est pas forcément l'année d'inflexion).

Didier Barthès 11/01/2016 17:45

Selon les différentes recherches que j'ai pu faire c'est à partir 2008 que l'on commence à noter une certaine inflexion.
Auparavant on était plutôt optimiste et l'on envisageait une rapide stabilisation (parfois dés 2050) et puis peu à peu la stabilisation a été repoussée.
Aujourd'hui on pense même qu'elle ne sera pas acquise en 2100 et que corrélativement les projections pour 2050 (celles de l'Onu comme celle de l'ined) et 2100 (ONU seule) ont été revues à la hausse (de plus, jusqu'à 2007 les projections de l'INED étaient établies pour 2025 et non 2050 ce qui rend les comparaisons difficiles).
Bien sûr, quelques prévisions qui auraient anticipé ce mouvements peuvent m'avoir échappé, mais ce qui est curieux c'est que le discours des démographes ne semble pas évoluer et reste relativement optimiste tablant sur une généralisation de la transition démographique. Or pour le moins, celle-ci tarde un peu, surtout en Afrique bien entendu. En Asie les taux de fertilité sont plus bas, mais le volume et la jeunesse de la population (beaucoup de gens en âge d'avoir des enfants) font que la croissance va continuer encore quelques décennies).

Christian Ghiotti 12/09/2015 14:02

ce n'est pas sérieux. Nous ne serons jamais neuf milliards. Le rapport de 1972, au club de Rome, dont Meadows fut un rapporteur et qui fut réactualisé en 2012 nous le confirme. Cela s'appelle "world 3". Cherchez un peu. Ici, ce n'est qu'un rapport de démographes qui n'intègrent pas les différents effondrements en cours.

Didier Barthès 14/09/2015 11:21

Bonjour,
Certains en effet parient sur un effondrement pour venir bouleverser ces prévisions.

Toutefois je crois qu'il faut distinguer les projections pour 2100 de celles concernant 2050.
Les premières sont très incertaines car nous ne savons rien du comportement reproductifs de générations qui ne sont pas encore nées et d'autre part effectivement, la trajectoire écologique semble si catastrophique qu'un effondrement et de grandes famines (quand il n'y aura plus de pétrole la productivité agricole notamment va s'écrouler) est très probable même s'il est difficile à prévoir dans le détail.

Par contre 2050 c'est vraiment très proche, 35 ans ce n'est pas bien long (c'est ce qui nous sépare de l'année 1980). Et l'on peut imaginer le système tenir encore un peu. Dans beaucoup de régions du monde on pourrait encore survivre en mangeant moins.
De toute façon bien sûr, il est très difficile d'intégrer un phénomène cataclysmique dans une prévision, trop d'aléas en dirigent les détails, même si l'on se met d'accord sur la cause profonde.
Bien cordialement

José 06/09/2015 03:40

@ De Bony
Se suicider, c'est déjà ce que préparent collectivement ceux qui persistent à nier le problème.

jean bruguier 04/08/2015 16:29

@ De Bony
On peut faire encore plein de choses ! Votre présence sur ce blog en est la preuve, et vos commentaires sont déjà un encouragement pour tous ceux qui y participent. Vous pouvez parler, expliquer, convaincre, témoigner du monde que vous avez connu avec ses bons et ses mauvais côtés, partager votre expérience de la vie, toutes choses plus précieuses que ce qu'on imagine souvent ... la vie est précieuse et c'est pour entretenir sa beauté que certains se battent pour une écologie vivante et un nombre d'humains compatible avec notre belle planète.

De Bony 31/07/2015 09:32

Que peut-on faire d'efficace quand, à 89 ans on encombre encore la planète (à part se suicider) pour apporter son concours à la résolution de ce gravissime problème ? ... Si on a encore de la verve et du temps pour écrire...

Claudec 02/08/2015 10:45

Ceux qui parlent de suicide posent mal la question de la surpopulation. Pour ce qu'elle est à ce jour, il est trop tard pour y changer quoi que ce soit. Le vin est tiré ... A 89 ans, vous ne devriez en tout cas plus guère y contribuer. Vous reste donc à imaginer ce que sera le futur de votre descendance, si rien n'est fait, d'urgence, pour harmoniser nos taux de natalité à l'échelle planétaire.
Ce qui est en cause est l'augmentation démente de cette population, pour atteindre les chiffres qu'évoque l'article, sans que les pouvoirs (politique, civil, religieux, scientifique) ne s'en émeuvent, à quelques exceptions près.

teysseire 31/07/2015 20:01

Surtout pas se suicider! c'est trop souvent ce qu'on nous propose quand nous parlons de décroissance démographique, tant les idéologies rendent les gens sectaires et aveugles à la réalité.
Non pas se suicider mais répéter inlassablement ce qu'on croit juste. D'ailleurs, de plus en plus de gens sont sensibles à ce thème et nous finirons pas convaincre les politiques. Peut-être avant qu'il ne soit trop tard.

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche