Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 06:44

Après que l’ONU a publié fin juillet ses nouvelles estimations sur l’évolution de la population mondiale, c’est désormais au tour de l’INED, via la revue Populations & Sociétés, d’offrir un panorama de la démographie planétaire et de proposer ses propres projections pour 2050.

Cette étude, éditée tous les deux ans sous la plume de Gilles Pison (1), permet d’établir un comparatif régulier et de voir comment évoluent, non seulement la population, mais également nos anticipations sur celle-ci. Pas de surprise bien sûr, l'ONU et l'INED parviennent à des résultats très semblables.

Voici les principales données, les estimations sont fournies pour la mi-année. Sources : document cité ci-dessus et versions précédentes

 

Population globale (en millions)

 

                                 2005        2007      2009         2011      2013       2015

 

Afrique                      906            944       999       1 051       1 101     1 171 

Amérique                  888           904        920          942          958        987

Asie                        3 921        4 010     4 117       4 216      4 305     4 397

Europe                      730           733        738          740         740        742

Océanie                      33             34          36            37           38          40

Total Monde          6 477        6 625     6 810       6 987     7 143     7 336

 

On peut déduire de ces chiffres l’évolution du taux de croissance mondial :

De 2005 à 2007  + 148 millions d’habitants soit + 74 par an ou + 1,1 %

De 2007 à 2009  + 185 millions d’habitants soit + 92 par an ou + 1,5 %

De 2009 à 2011  + 177 millions d’habitants soit + 88 par an ou + 1,3 %  

De 2011 à 2013  + 156 millions d’habitants soit + 78 par an ou + 1,1 %

De 2013 à 2015  + 193 millions d’habitants soit + 96 par an ou + 1,4 %

 

  Evolution des taux de fécondité (indice synthétique de fécondité)

 

                              2005        2007       2009      2011     2013      2015

 

Afrique                     5,1           5,0         4,8        4,7         4,8        4,7

Amérique                 2,4           2,2         2,2        2,1         2,1        2,0

Asie                         2,5           2,4         2,3        2,2         2,2         2,2

Europe                    1,4           1,5         1,5        1,6         1,6         1,6

Océanie                  2,1           2,1         2,5        2,5         2,4         2,5

Total monde          2,7           2,7         2,6        2,5         2,5         2,5

 

Evolution des projections pour 2050

 

Etude INED 2009 : 9,4 milliards,  rappel projections de l’ONU : 9,1 milliards

Etude INED 2011 : 9,6 milliards,  rappel projections de l’ONU : 9,3 milliards

Etude INED 2013 : 9,7 milliards,  rappel projections de l’ONU : 9,6 milliards

Etude INED 2015 : 9,8 milliards,  rappel projections de l’ONU : 9,7 milliards

 

Sans surprise, se confirme donc la montée de l’Afrique comme futur géant démographique puisqu’avec un taux de fécondité de 4,7 (en baisse légère, il était de 4,8 en 2013), ce continent devrait, au cours de cette première moitié de siècle, passer d’à peine plus de 800 millions d’habitants à presque 2,5 milliards soit une multiplication par 3 en cinquante ans ! La transition démographique tarde à s’y établir. Les taux de fécondité en Afrique du Nord restent élevés alors qu’on attendait dans ces régions une convergence avec la situation de l’Occident développé. Ces taux augmentent même spectaculairement en Egypte atteignant 3,5 enfants par femme (3,0 en  2013 et 2,9 en 2011), il s’agit en outre du pays le plus peuplé de la région en nombre (89 millions) comme en densité si on la ramène à la surface habitable. Le Niger conserve son record de fécondité avec 7,6 enfants par femme !  Rare bonne nouvelle en Afrique, le Nigéria voit son estimation redescendre pour 2050 de 444 à 397 millions (il va de soi toutefois que ces chiffres doivent être pris avec prudence, les statistiques et moins encore les projections ne pouvant être considérées comme excessivement précises dans ce pays où des rectifications ont déja été nécessaires en la matière).

L’Asie, qui reste le continent le plus peuplé (4,4 milliards), ne parvient pas à faire baisser sa fécondité (2,2) et devrait encore gagner un milliard d’habitants d’ici 2050. Il se confirme que l’Inde (1,3 milliards d’habitants et 2,3 de fécondité) dépassera bientôt la Chine, - un peu moins de 1,4 milliard - qui, exemple remarquable, avec une fécondité de 1,7 devrait connaitre d’ici 2050 une stabilisation de sa population, et même peut-être une très légère régression.

En Europe, la France partage avec l’Irlande (mais sur une autre échelle évidemment) le record de fécondité (2,0). Les estimations pour 2050 donnent 72 millions d’habitants sur le territoire métropolitain. La fécondité globale du continent (1,6) reste inférieure au seuil de renouvellement des générations mais l’Europe, bien sûr, reste un territoire d’immigration.

De son côté, l’Amérique devrait encore gagner 230 millions d’habitants d’ici la moitié du siècle et atteindre 1,2 milliard. Notons que les Etats-Unis gardent un taux de fécondité élevé (1,9) pour un pays développé; c’est une constante qui les différencie de l’Europe. La projection globale pour l’ensemble du continent est en légère diminution par rapport à celle de 2013, sauf pour le Mexique pour qui l'estimation pour 2050 a été relevée de 150 à 164 millions, la fécondité y ayant d’ailleurs été revue à la hausse.

Sur le monde entier, il semble que la baisse de la fécondité marque une pause à  2,5 par femme maintenant depuis 4 ans . Pause qui pourrait expliquer la hausse des projections puisque, rappelons que ces projections anticipent une baisse sensible de la fécondité (si ce n’était pas le cas, la population exploserait littéralement).

Il est difficile de tirer des conclusions des chiffres de l'augmentation annuelle de nos effectifs mondiaux. La forte variabilité de la croissance sur ces périodes (de + 148 à + 193 millions d’habitants sur deux ans) s’explique sans doute par une relative incertitude sur les chiffres globaux de la population. Les démographes eux-mêmes ne prétendent pas à une précision meilleure que 1 % sur les données globales.

Concernant les projections, on note d’après l'INED comme d'après l'ONU une hausse sensible des effectifs attendus et le chiffre de 10 milliards de terriens qu'il y a 15 ans encore, on imaginait pour la fin du siècle ne semble pas devoir être loin d’être atteint dès 2050 (9,7 selon l’ONU, 9,8 selon l’Ined). Cette hausse conjointe et régulière du niveau des projections de la part de deux des sources démographiques parmi les plus sérieuses et les plus fiables devrait conduire à une certaine inquiétude de la part des démographes. Cela n'est que très moyennement le cas, et certainement pas suffisamment pour attirer l’attention des écologistes sur la question, puisque la prochaine conférence sur le climat - la COP21 - semble devoir quasiment faire silence sur le facteur démographique.

(1) Gilles Pison : Population & Sociétés,  Tous les pays du monde 2015 (INED)

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Cristian W. Chandler 08/10/2015 16:11

Sinon on pourrait, je sais pas, créer des camps, on pourrait acheminer les gens par wagons entiers, créer des lignes spéciales rien que pour ça, puis on y mettrait tous les indésirables, les noirs, les clodos, ce serait vraiment une solution finale.

Oh attends...

Didier Barthès 10/10/2015 11:09

Ah, je vois que nous avons de nouveau atteint le point Godwin.
Hélas, plus nous attendons pour prendre des mesures douces pour limiter notre fécondité plus demain, nous serons effectivement menacés par ce genre de mesures. Mais les natalistes ne semblent pas en avoir conscience et préfèrent moquer ceux qui mettent en garde. La Terre toutefois n'est pas extensible et aujourd'hui les hommes ont chacun 40 fois moins d'espace qu'à l'époque de Jésus-Christ. Quant aux animaux, pas de problème, ils auront bientôt disparu puisque nous aurons pris leur place.

invite2018 17/09/2015 17:12

C'est une nouvelle raison pour exiger la démocratisation et la mondialisation de la possibilité d'accès à la contraception et à l'avortement.

Mais pour cela, il sera indispensable de cesser de vénérer ce système qui fait passer les profits des milliardaires avant tout.

teysseire 14/09/2015 21:54

Et cette fameuse stabilisation, voire décroissance naturelle? elle était prévue pour la moitié du siècle puis pour sa fin. Pour la moitié du siècle prochain, alors? Il faut être fou pour être optimiste. Fou pour ne pas parler de la démographie humaine et penser léguer aux générations futures, une planète vivable!

Didier Barthès 14/09/2015 22:44

La stabilisation ? Ah mais c'est comme le bonheur, c'est toujours pour demain.

Claudec 14/09/2015 09:09

Merci pour cette très intéressante et utile synthèse.
A rapprocher du tableau illustrant la 4ème de couverture de la dernière édition du rapport Meadows en français (2012), ainsi que de sa note d'édition ainsi rédigée : « Les données chiffrées de cet ouvrage sont celles de l'édition originale, parue en 2004. Les principales évolutions depuis cette date ne remettant pas en question la démonstration des auteurs, ces valeurs sont reprises sans actualisation ni commentaires. »
Preuve s'il en est de l'importance accordée par certains maîtres à penser de l'écologie au facteur démographique.

Didier Barthès 14/09/2015 10:01

Oui, vous avez raison, beaucoup des premiers et des principaux penseurs de l'écologie ont mis le facteur démographique au premier rang des causes de la dégradation de l'environnement. Ce qui est un peu désespérant, c'est qu'au fur et à mesure que le problème s'aggravait et que les courbes suivaient exactement la pente prévue, le sujet semble être passé de mode et aujourd'hui, beaucoup de mouvements ou de personnalités se prétendant écologistes ne veulent pas en dire un mot et préfèrent ne mettre l'accent que sur les questions de mode de vie. Il est plus facile, il est vrai, d'accuser quelques boucs émissaires, cela donne de soi une bonne image au public et c'est moins risqué que d'avoir le courage de dire :" Nous sommes tous responsables du fait de notre nombre".

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche