Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 07:44

 

Estimation de la population mondiale au 1er janvier 2016

 

(données en millions d'habitants et en début d'année)

Sources                                         2015            2016                  Progression

                                                                                                                    (en nombre)         (en %)

INED                                             7 285            7 367             +  82    soit    + 1,1 % 

US Census Bureau                       7 215            7 296             +  81    soit    + 1,1 %

Population Ref. Bureau                 7 282            7 368            +  86     soit    + 1,2 %

Poodwaddle                                   7 183            7 366            + 183    soit    + 2,5 %

Population Matters                        7 322            7 424            + 102    soit    + 1,4 %

Population mondiale.com              7 269            7 354            +  85     soit    + 1,2 %

Ria Novosti - Sputnik (*)                 7 337            7 443           + 106     soit    + 1,4 %

Terriens.com                                  7 212            7 287            +  75     soit    + 1,0 %

Visio Météo                                    7 207            7 283            +  76     soit    + 1,1 %

Worldometers                                7 285            7 392            + 107     soit    + 1,5 %

 

Moyenne                                       7 260             7 358           + 98      soit   + 1,3 %

 

 

Notre planète compterait donc entre 7,3 et 7,4 milliards d'habitants en ce 1er janvier 2016 selon une moyenne calculée à partir des différents compteurs aujourd'hui disponibles.  

Comme l'an dernier, la progression est de + 98 millions ce qui parait nettement au-dessus des valeurs communément admises; la plupart des analystes tablant plutôt une évolution autour de + 80 millions ou légèrement supérieure. L'INED et l'US Census Bureau, deux organismes de référence, retiennent pour leur part respectivement + 82 et + 81 millions. 

Dans le cas précis du relevé ci-dessus, le compteur Poodwaddle semble avoir sensiblement modifié sa base de calcul. Cela  réhausse évidemment  le niveau moyen de progression mais change très peu le total de la population mondiale. Néanmoins, même cette estimation mise à part, la croissance démographique annuelle s'éleverait encore à + 89 millions et resterait ainsi largement supérieure aux estimations les plus courantes.

Cependant, cette réévéluation à la hausse de nos effectifs comme de leur progression ne relève pas du hasard, elle est en parfaite cohérence avec les réévaluations à long terme récemment réalisées par des centres d'études aussi sérieux que l'ONU ou  l'INED dont nous avons souvent évoqué les travaux sur ce site.

Rappelons que l'INED, dans l'étude  réalisée par Gilles Pison : " Tous les pays du monde "  (revue Population & sociétés ) réhausse régulièrement depuis quelques années ses projections pour 2050.  Elles s'établissaient à 9,4 milliards en 2009,  à 9,6 milliards en 2011, à 9,7 milliards en 2013, et enfin  à 9,8 milliards en 2015. L'ONU est allée dans le même sens, faisant respectivement passer ses prévisions pour 2050 de 9,1 milliards en 2009, à 9,3 milliards en 2011, à 9,6 milliards en 2013 et à 9,7 milliards en 2015. Pour 2100, seule l'ONU établit des projections, mais là aussi elles ont été réévaluées, passant de 10,1 milliards en 2010 à 10,9 milliards en 2013 et  enfin à 11,2 milliards en 2015  (Sur ces réévaluations voir cet article)

Cette estimation au 1er janvier 2016 confirme donc les précédentes et montre  que nous faisons face à  une inflexion de la baisse de la fécondité. Baisse qu'il y a peu encore, certains imaginaient en mesure de stabiliser nos effectifs à l'horizon 2050. Aujourd'hui, l'ONU elle-même, estime (selon son l'hypothèse moyenne de fécondité) que nos effectifs progresseront  jusqu'en 2100 et même sans doute un peu au-delà.

Remarquons d'ailleurs que d'après l'INED la fécondité mondiale moyenne est effectivement stable à 2,5 enfants par femme depuis 2011. Cette stabilité est bien sûr encore trop récente pour valider de manière certaine l'inflexion évoquée, elle va néamoins dans ce sens.

Ces études sont à mettre en relation avec les grands problèmes environnementaux que connaît notre planète. Il est tout à fait extraordinaire que dans ce contexte, la récente COP 21 n'ait pas sérieusement fait référence à la composante démographique. Il s'agit pourtant d'un déterminant fondamental de la pression anthropique dont l'évolution dictera largement celle de la biosphère et aura évidemment une influence toute aussi déterminante sur le climat.  

_________________________________________________________________________________

Via ces liens, vous pourrez  retrouver la série d'articles de ce site :  

 La population mondiale au 1er janvier :

 

2009 (6,759 milliards), 2010 (6,838 milliards), 2011 (6,914 milliards),

2012 (7,003 milliards), 2013 (7,082 milliards), 2014 (7,162 milliards),

2015 (7,260 milliards), 2016 (7,358 milliards), 2017 (7,440 milliards),

2018 (7,534 milliards), 2019 (7,637 milliards). 2020 (7,703 milliards),

2021 (7,800 milliards).

(*) Le compteur de Ria Novosti est cette année remplacé par Sputnik qui est la publication la plus proche et celle sur laquelle renvoie une demande à partir de Ria-Novosti.

Partager cet article
Repost0

commentaires