Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 11:44

Alors que les préparatifs de la COP 21 battent leur plein et que l'évènement suscite beaucoup d’attentes, il apparait que l’un des principaux sujet de pression anthropique et notamment d’émission de gaz à effet de serre, à savoir, le nombre des hommes, ne doive pas y être évoqué.

Tabou ? Refus d'envisager le long terme ? Pourtant, à comportement égal les émissions de CO2 sont proportionnelles à nos effectifs et une majorité des habitants de la planète ne peut guère  réduire sensiblement les siennes. Améliorer le niveau de vie des plus pauvres conduira au contraire à augmenter les émissions individuelles.

Alors, peut-on dans ce contexte se contenter d'envisager une action sur les modes de consommation ? Ne doit on pas aussi nvisager une réflexion sur l'évolution de notre nombre et une maîtrise de notre démographie ?  L'ONU vient précisément de réhausser ses projections pour 2050 comme pour 2100 : nous serons plus de 11 milliards à la fin du siècle contre 7,4 ajourd'hui ! La Chine de son côté tente de relancer sa fécondité en mettant fin à la politique de l'enfant unique.

Pour évoquer ces questions, l’association Démographie Responsable organisera à Paris puis à Suresnes les 19 et 21 novembre prochains deux conférences intitulées :

 

La COP21 peut-elle éluder la question démographique ?

 

Jeudi 19 novembre 2015 à 20 h 30 à Paris

Fiap Jean Monet, 30 rue Cabanis, Paris 14ème

 

Avec les interventions de :

- Yves Cochet, ancien ministre de l’environnement,

- Odon Vallet, professeur à Sciences Po

- Roger Martin, président de l’association Population Matters

- Gérard Charollois, président de Convention Vie et Nature

- Denis Garnier, président de Démographie Responsable

 

Attention la conférence de Suresnes annoncée ci-dessous est reportée suite aux récents évènements survenus à Paris

 

Samedi 21 novembre 2015, 14 h 30 à Suresnes (92)

Salle multimédia, place des Courtieux,

 

Avec les interventions de :

Antoine Waechter, président du MEI

Michel Sourrouille, écologiste et malthusien

Denis Garnier, président de Démographie Responsable.

 

Chaque conférence donnera lieu à un débat entre le public et les intervenants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Claude Courty 01/01/2016 10:33

« pour réguler le problème démographique, ces tribuns préfèrent laisser guerres et famine causer des morts et frapper le pouvoir d'achat des classes moyennes et pauvres, plutôt que ... »
Peut-être ceux pour qui la démographie est apparemment sans incidence sur l'avenir de la planète sont-ils tout simplement aussi faibles en arithmétique que "invite2018", à moins qu'ils soient possédés par le même aveuglement idéologique.
Il faut savoir en effet que guerres et famines ne suffiraient pas à ramener la population humaine à des proportions compatibles avec son environnement planétaire. Les plus ravageuses n'ont jamais fait 250 000 victimes par jour, de manière suffisamment soutenue pour que la population mondiale, dorénavant proche des 7,5 milliards, ait à en souffrir durablement.
Et si la science et la déraison des hommes promettent que les prochaines conflits en soient capables, la vie sur Terre risque fort être problématique pour les survivants ... riches comme pauvres, quels que soit leur pouvoir d'achat.

Invite2018 01/01/2016 11:43

Je n'ai jamais dit que les guerres et les famines étaient un bon outil pour éviter le surpeuplement. Je disais même tout le contraire.

Je prône que tout le monde obtienne le droit de ne pas procréer, notamment par le libre accès à la contraception, de sorte à ce qu'on résolve le problème démographique sans boucheries.

invite2018 11/11/2015 18:52

Je crois qu'au fond d'eux-mêmes, les dirigeants de la COP21 savent pertinemment que la planète ne peut pas faire vivre une infinité d'individus.

Mais pour réguler le problème démographique, ces tribuns préfèrent laisser guerres et famine causer des morts et frapper le pouvoir d'achat des classes moyennes et pauvres, plutôt que de confisquer aux peuples les moyens d'accéder à de la libre contraception qui soit réellement efficace, car la troisième solution coûterait bien plus cher que les deux autres aux grands patrons milliardaires (en raison du fort besoin d'investissement impliqué par la production de pilules de vraie bonne qualité), patrons aux intérêts économiques de qui tous ces politiciens sont ultra-dévoués.

Je n'apprendrai rien à personne en disant que nous n'avons pas fini d'entendre tous ces femmes et hommes politiques nier des causes pourtant évidentes des problèmes environnementaux et promettre cet oxymore consistant à sauver l'environnement sans l'inexistence de ce sans l'inexistence de quoi aucun sauvetage de l'environnement n'est possible.

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche