Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 08:44

Tous les ans le Global Footprint Network décrète un jour du dépassement (cette année, probablement le 2 août) supposé être celui à dater duquel l’humanité a consommé, depuis le 1er janvier, plus de ressources que la nature n’en produit en un an. Au-delà, nous vivrions donc « à crédit » entamant le capital de notre Terre, une situation bien évidemment non durable.

Cette réalité est indiscutable : nous consommons les ressources à un rythme plus élevé que la nature ne les renouvelle, mais que penser de ce concept ?

Si la mise en évidence d’une date particulière se conçoit parce qu’elle est commode pour la médiatisation, présenter de manière discrète un phénomène par essence continu, soulève quelques problèmes. Il est plus exact de dire que nous vivons dans l’ère du dépassement, c’est-à-dire que structurellement et en permanence, nous vivons au-delà des moyens de la planète. C’est chaque jour, chaque heure, chaque instant que nous consommons trop, et surtout la nature ne remet pas chaque premier janvier un stock à notre disposition dans lequel nous pourrions innocemment puiser jusqu’à la prochaine date retenue.

Déterminer une date et de façon générale, tenter un calcul précis sur le dépassement - même conçu comme continu - suppose de sélectionner certains critères et d’accorder à chacun d’entre eux une pondération particulière pleine d’arbitraire.

D’ailleurs, bien conscient du phénomène et souhaitant tenir compte de l’évolution de ces critères et de leurs poids respectifs, le Global Footprint Network à l’honnêteté de recalculer a posteriori la date du dépassement telle qu’elle aurait été publiée les années précédentes si l’on avait retenu les critères de l’année en cours (1).

La difficulté de la détermination d’une date relève de l’impossibilité d’intégrer objectivement certains phénomènes.

Soit parce que notre consommation est sans rapport avec le rythme de renouvellement, il est ainsi de l’utilisation d’énergie fossile. Sachant que la Terre n’en produit plus - ou de manière infinitésimale -, c’est dès la première minute de l’année que l’on pourrait considérer le dépassement atteint si l’on ne retenait que cet élément, et du moins dès les mois de janvier ou février en lui accordant une pondération déterminante.

Soit parce que, plus profondément encore, le concept de renouvellement n’a quasiment aucun sens en certains domaines. C’est le cas par exemple de la disparition des espèces animales ou végétales.  Quand une plante ou un animal disparait c’est pour toujours (2), et le premier janvier suivant, la nature ne  remet pas en circulation quelques spécimens pour nous satisfaire et nous donner bonne conscience jusqu’au prochain mois d’août.

Il en est de même de l’artificialisation des territoires. Quand un mètre carré d’humus se voir couvrir de béton, il est généralement perdu pour des siècles ou des millénaires. Là aussi, il ne se voit pas rendu à la planète à l’occasion du nouveau millésime. Intégrer sa consommation dans un processus d’annualisation relève d’une comptabilité artificielle soulignant plus encore l’inadaptation de la démarche. L’amortissement n’a guère de sens en matière de nature.

On pourrait évoquer d’autres exemples, ils relèvent tous de la même erreur. Celle de croire en la possibilité d’établir une comptabilité de la nature comme nous le faisons pour nos activités économiques, pour lesquelles la monétarisation nous permet d’établir des passerelles et des comparaisons entre éléments aussi différents que le travail intellectuel, la consommation d’énergie ou la production de biens matériels.

Enfin, ces réticences mises de côté et ne retenant que la volonté bienvenue de médiatiser la question, il reste qu’en situant le jour du dépassement en août on laisse entendre que l’humanité pourrait vivre de manière durable en consommant un peu plus de la moitié de ce qu’elle consomme aujourd’hui.  C’est là une appréciation particulièrement optimiste. Même la démographie et le modèle de consommation des années 1970 – 1980 qui grosso modo conduisaient ensemble  à une empreinte largement moitié moindre que celle d’aujourd’hui ne sont pas durables. Ils étaient déjà à des niveaux infiniment supérieurs à ce que l’humanité a connu tout au long de son histoire.

Du jour du dépassement ne doit donc sans doute être retenue que son avance régulière, c’est-à-dire l’aggravation permanente de notre impact sur le monde, c’est là l’essentiel du message.

_________________________________________________________

(1) Date du dépassement telle qu'elle a été initialement publiée chaque année depuis 2005, puis date recalculée  à partir des critères utilisés en 2016.

En 2005 : le 20 octobre puis le 29 août

En 2006 : le 9 octobre puis le 24 août

En 2007 : le 28 septembre puis le 19 août

En 2008 : le 23 septembre puis le 20 août

En 2009 : le 25 septembre puis le 24 août

En 2010 : le 21 août puis le 14 août

En 2011 : le 27 septembre puis le 11 août

En 2012 : le 22 août puis le 11août

En 2013 : le 20 août puis le 10 août

En 2014 : le 18 août puis le 10 août

En 2015 : le 13 août puis le 9 août

En 2016 : le 8 août (pas de changement bien sûr)

En 2017 : (probablement le 2 août)

On remarque que cette actualisation conduit généralement à une avance de la date (on consomme plus donc) mais aussi à un lissage de l’évolution qui va presque toujours dans le même sens (ce qui n’est pas le cas avec les données initialement publiées, souvent plus erratiques).

(2) Certes, si l’on se donne un recul sur des millions d’années, alors d’autres espèces se reconstitueront, mais nous serions là sur un autre niveau de vision, dépassant largement celui qui nous intéresse ici, cette reconstitution aura lieu bien après la fin de l’humanité telle que nous la connaissons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche