Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 17:24

Un article de Denis Garnier, président de Démographie Responsable

 

La Division de la population des Nations Unies, publiait déja en 2001 un rapport intitulé " Migration de remplacement : est-ce une solution pour les populations en déclin et vieillissantes ? " où l'on pouvait lire : « Le concept de migration de remplacement correspond à la migration internationale dont un pays aurait besoin pour éviter le déclin et le vieillissement de la population qui résultent des taux bas de fécondité et de mortalité.» 

Suivait une argumentation relativement alarmiste : 

« Les projections des Nations Unies indiquent que, entre 1995 et 2050, la population du Japon ainsi que celles de pratiquement tous les pays d’Europe va probablement diminuer. Dans de nombreux cas, comprenant l’Estonie, la Bulgarie et l’Italie, des pays vont perdre entre un quart et un tiers de leur population. Le vieillissement de la population sera généralisé, élevant l’âge médian de la population à des hauts niveaux sans précédents historiques. Par exemple, en Italie, l’âge médian augmentera de 41 ans en 2000 à 53 ans en 2050. Le rapport de support potentiel, c’est-à-dire le nombre de personnes en âge de travailler (15-64 ans) par personne de plus de 65 ans, diminuera souvent de moitié, de 4 à 2. 

C’est l'Italie qui subira la plus grande perte relative de population, moins 28% entre 1995 et 2050. La population de l’Union Européenne qui surpassait celle des Etats-Unis de 105 millions en 1995 lui sera inférieure de 18 millions en 2050.

Pour l'Union Européenne, une continuation des niveaux d’immigration observés dans les années 1990 suffirait à peu près à éviter une diminution de la population totale, tandis que pour l’Europe dans son ensemble, il faudrait deux fois le niveau d’immigration observé dans les années 1990.

La Corée du Sud n’aurait besoin que d’un niveau modeste d’immigration, mais c’est cependant un changement majeur pour un pays qui jusqu’ici était un pays d’émigration. L'Italie et le Japon auraient besoin d’une forte augmentation de leur nombre d'immigrants. Par contre, la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis pourraient conserver leur nombre d’habitants avec moins d'immigrants que ce qu’ils ont reçu dans le passé récent. Les nombres d’immigrants nécessaires pour éviter les déclins de la population en âge de travailler sont plus grands que ceux nécessaires pour éviter les déclins de la population totale.

Si de tels flux d’immigrants se produisaient, les immigrants d’après 1995 et leurs descendants constitueraient une fraction impressionnante de la population totale en 2050 – entre 30 et 39% dans le cas du Japon, de l’Allemagne et de l'Italie. Relativement à la taille de leur population, l'Italie et l’Allemagne auraient besoin du plus grand nombre d’immigrants pour conserver la taille de leurs populations d’âge actif. L'Italie aurait besoin en moyenne chaque année de 6.500 immigrants par million d'habitants et l’Allemagne de 6.000.»

Ce rapport posait de nombreuses questions :

Comment ont fait nos ancêtres pour vivre moins nombreux ? N'ont-ils pas réussi à ce que nous soyons là aujourd'hui ? Ne nous ont-ils pas d'ailleurs transmis une planète en meilleur état que celle que nous allons laisser à nos descendants ?

Au vu des densités de population importantes de certains pays cités : Corée du Sud (507 hab./km²), Japon (336 hab./km²), Allemagne (227 hab./km²), Italie (208 hab./km²) ne serait-il pas judicieux au contraire de laisser ces populations diminuer et d'adapter l'économie à cette situation. L'environnement, et donc les habitants de ces pays, n'en seraient-ils pas les premiers bénéficiaires ?

Mais plus grave : cette injonction à l'accueil de migrants n'est-il pas l'aveu de l'impuissance de la communauté internationale à juguler la l'explosion démographique de nombreux pays du sud, explosion qui conduit à la surpopulation et oblige des dizaines de millions d'individus à s'expatrier au travers de périples dangereux ? 

Ne parlons même pas des réactions négatives d'une partie importante des populations autochtones qui subissent les effets collatéraux de ces arrivées massives (problèmes culturels et religieux, allant parfois même jusqu'au terrorisme). 

Pour aller plus loin :

Un entretien avec Renaud Camus sur Boulevard Voltaire. Voir également sur cette question démographique l’article de Fabien Niezgoda: La bombe P n’est toujours pas désamorcée, (revue Eléments n° 158, janvier-février 2016 p. 76 à 79). Cet article est suivi d’un entretien entre Fabien Niezgoda et Didier Barthès, porte-parole de Démographie Responsable.

_________________________________________________________________________________

Cet article a donné lieu à une suite rédigée par Jean Bruguier intitulée : Discussion suite à l’article de Denis Garnier : Comment ont fait nos ancêtres ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis Garnier - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Claude Courty 04/02/2016 17:54

Réflexion accessoire :
L'inquiétude suscitée par l'état de surpopulation croissante dans lequel se trouve l'humanité et par les désordres qui en résultent à tous propos, de plus en plus nombreux partout dans le monde, pourraient expliquer, au moins partiellement, la baisse de natalité de certains pays parmi les plus avancés. Comme si les géniteurs y étaient tout à coup inquiets de l'avenir promis à ceux qu'ils mettent au monde.
Ce serait pourtant une réaction contraire aux intérêts de l'ensemble de l'humanité. Elle affaiblirait les pays les plus riches au moment où ceux en voie de développement auront le plus besoin de leur aide pour freiner la prolifération de la partie la plus défavorisée de leur propre population (investissements en aide humanitaire, éducation et équipements notamment).
L'apport en population de l'immigration pouvant ne pas suffire à éviter le déficit démographique des pays les plus riches (cf. Allemagne entre autres) celui-ci ne pourrait donc qu'aggraver le déséquilibre de la démographie mondiale.
Le sujet étant tabou, il est pourtant à craindre que ce soit ainsi que se soldera l'aveuglement coupable dont font preuve les partisans d'une croissance aveugle, comme ceux qui lui préfèrent la décroissance; les uns comme les autres envisageant tout sauf une régulation de la population mondiale.

Invitation à lire en outre

claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/2016/01/progres-et-pauvrete-profonde.html
http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.fr/2015/12/en-quoi-la-cop-21-t-elle-ete-un.html

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche