Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2016 7 08 /05 /mai /2016 16:04

Pour la première fois, un homme politique français, ancien Président de la République de surcroit, place la démographie au premier rang des questions environnementales et suggère, à l’instar de ce que l’on fait déjà pour le climat, mais avec une priorité encore supérieure, l’organisation de conférences annuelles sur le sujet afin, dit-il, « de définir une stratégie démographique sur la planète ». 

A deux reprises en effet, une première fois le 30 avril dernier au Conseil National des Républicains et dans l’entretien au JDD qui a suivi, puis de nouveau le 3 mai à l’occasion d’une journée de travail de ce parti consacrée à l’environnement, l’énergie et la mer, Nicolas Sarkozy a insisté sur la prééminence du problème de l’explosion démographique et a assuré que son parti proposerait l’organisation de telles conférences.

Des déclarations, si inhabituelles de la part d’un dirigeant politique de premier plan, montrent que le tabou commence peut-être à se fissurer.

Si Nicolas Sarkozy a tenu de tels propos c’est sans doute qu’il en est convaincu, mais évidemment aussi qu’il estime que ces paroles sont désormais en mesure d’être entendues, qu’elles ne constituent plus un handicap pour celui qui les évoque. C’est là un changement notable dans un milieu politique traditionnellement conservateur où, même lorsque les gens étaient persuadés de la gravité du problème démographique, ils préféraient garder le silence.

C’est un premier pas nécessaire pour passer aux étapes suivantes, c’est-à-dire à la généralisation de l’interrogation à l’ensemble de la classe politique, écologistes compris, puis à la tenue de telles conférences et enfin, espérons-le, à la mise en place de mesures qui seront d’autant plus efficaces et d’autant moins liberticides qu’elles seront prises tôt.

Voici un bref extrait du discours du 3 mai 2016.

« Il y a un phénomène que nous n’avons jamais connu, jamais. C’est la pression démographique planétaire qui va nous amener… à passer de sept milliards à onze milliards et demi en 2100, demain matin. Onze milliards et demi, personne n’a jamais vécu cela sur la planète... »

« Cela me paraît un défi un peu plus considérable que le seul défi du réchauffement climatique… mais alors qu’on a mis une COP 21 puis une COP  22, au Maroc  sur les changements climatiques,   Les Républicains demandent une conférence mondiale annuelle sur la démographie mondiale, sur la nécessité d’un planning familial et de  la (sur là ?)  définition d’une stratégie démographique sur la planète. »

Cette priorité qu’affiche Nicolas Sarkozy pour la démographie plutôt que pour le climat fera sans doute grincer quelques dents chez les écologistes, pourtant l’ancien président à raison d’aller à la racine du problème.

Les émissions de gaz à effet de serre sont une conséquence et non une cause première, conséquence de notre mode de vie et de nos effectifs toujours croissants. Si le premier de ces facteurs, le mode de vie, est régulièrement mis en cause, la démographie a pourtant sa part de responsabilité. Aucune personnalité aussi marquante n’avait jusqu’alors oser l’affirmer en public (*).

Bien entendu de tels propos ouvrent la porte à mille débats : Qui sera concerné ? Les pays à plus forte croissance démographique ? Les pays à plus forte densité ? Quelles autres actions - on pense notamment à l’éducation et au développement du planning familial - doivent être menées de pair ? Comment faire concrètement accepter l’idée d’une descendance plus modeste à des personnes pour qui cela semble la seule richesse ? Comment financer ces efforts ?  

Ces questions seront justement l’objet des conférences si le projet se concrétise; elles valent la peine d’être posées et la rupture mérite d’être soulignée.

(*) Nicolas Sarkozy a-t-il été convaincu par la lecture de ce livre ? A-t-il parcouru le site de l’association Démographie Responsable qui milite en ce sens depuis plusieurs années ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

peineplancher 18/11/2016 23:12

sarko quelle indignité !!!

Didier Barthès 24/11/2016 12:49

En quoi ce qu'il a dit là était indigne ? La suggestion qu'il a faite sur la démographie, à savoir, organiser des conférences comme on le fait pour le climat me semble une bonne idée.

Éric Mariaud 16/07/2016 16:19

Dommage que depuis plus de deux mois que cette annonce à eu lieu, elle n'a fait qu'un flop médiatique. Aucun politique ne s'est avisé, d'approuver ou de réprouver cette idée. Tout le monde s'est bien gardé d'engager la polémique.

Didier Barthès 24/11/2016 12:47

En effet !

Jean-Christophe Delhaye 24/05/2016 19:54

Bravo pour vos informations pertinentes partagées avec nous! Au plaisir de vous lire.
Jean-Christophe Delhaye
http://jean-christophe-delhaye.over-blog.com/2016/05/la-biomasse-nouvel-eldorado-de-la-chimie-jean-christophe-delhaye.html

invite2018 08/05/2016 19:04

Monsieur Sarkozy fait mine de vouloir lutter contre l'explosion démographique, mais il ne dit pas comment il compte s'y prendre.

Il faut noter que l'ancien président continue d'affirmer ne pas regretter d'avoir mené une politique de fermetures de centre d'IVG (même s'il tente de se donner une image de progressiste en critiquant un peu l'opposition ferme du Front National vis-à-vis du Planning Familiale), lesquels fermetures entrent intrinsèquement en contradiction avec tout projet d'arrêt de la hausse de la population.

Didier Barthès 08/05/2016 20:55

Nicolas Sarkozy est un homme politique, il a donc des amis et des adversaires. Je crois qu'il ne faut pas cristalliser le débat autour de son parcours, chacun appréciera en fonction de ses convictions.
Ce qu'il faut juger ici, c'est la rupture que représente le fait d'en parler, alors que personne n'osait. Cette démarche de Nicolas Sarkozy, je l'approuve.
Le second point c'est la proposition de conférences sur la question démographique. Oui, je crois que c'est nécessaire parce que c'est le sujet le plus important et le plus déterminant en faveur de la protection de notre planète.
Comme le dit cet article, il faut maintenant que toute la classe politique et par exemple la Fondation Nicolas Hulot, se prononce sur une telle proposition.

DARRITCHON 08/05/2016 18:49

Enfin! voilà qu'un homme politique important ose aborder la question en ces termes. Je suis cependant extrêmement surpris que tout d'un coup un homme politique de ce niveau évoque cette question tabou.
Peut-être que la période électorale actuelle au sein des Républicains n'est pas pour rien dans cette annonce?. En tout cas, si cette annonce pouvait faire tache d'huile et mettre la question au niveau de la société toute entière, ce serait formidable!! Léopold DARRITCHON

invite2018 09/05/2016 06:52

Bonjour monsieur Barthès,


Comme vous dîtes, on ne peut pas être contre une mesure simplement parce que Sarkozy la préconise,et je n'ai jamais prétendu le contraire. Mais cela ne change rien au fait qu'il reste légitime de juger, en plus de l'idée elle-même, l'opportunisme de chaque personne faisant mine de la défendre.


Il est par ailleurs bien optimiste d'estimer que le simple fait de parler du problème démographique constitue quelle véritable avancée que ce soit. Aborder le sujet veut tout et ne rien dire, d'une part parce qu'on peut parler de la lutte concernée aussi bien pour la fustiger que pour la défendre, et d'autre part parce qu'on peut défendre un projet tout en défendant des mesures totalement incompatibles avec ledit projet.


Il est inapproprié d'accorder le moindre satisfécit à l'ancien chef de l’État français. Il ne faut pas oublier que Jean-Marie Le-Pen dément être raciste et que Tariq Ramadan dément être islamiste.


Je précise que ni dans ce commentaire ni dans celui que j'ai écrit précédemment je n'ai vraiment jugé Sarkozy sur son parcours. J'ai simplement jugé son idéologie à l'instant "T".


En effet pour que cet homme politique ait vraiment évoluer sur le conservatisme de son parti, il aurait fallu qu'il regrette, non pas uniquement de ne pas avoir aborder le sujet plutôt, mais l'ensemble des mesures qui ont été faites que ce soit par lui-même ou par autrui, qu'il renonce à la défense de ce qui est la raison d'être de son engagement politique, et qui n'est autre que la défense du respect de la propriété privée d'une toute petite minorité de la population. Or, on ne peut que constater qu'il refuse de tels reniements.


Notons aussi que le simple fait de parler de l'explosion démographique n'est en soi ni quelque chose d'inédit, ni vraiment un tabou. On peut trouver de l'extrême droite à l'extrême gauche en passant par les centristes, bon nombre de politiciens abordant depuis des décennies la question démographique sans que cela fasse scandale, car les réactionnaires, en se penchant sur le contenu général de chaque programme, voient bien qu'ils n'ont rien à craindre pour leurs valeurs moyenâgeuses.

Ce qui serait inédit et tabou, ce serait d'aborder le sujet sans que ce soit annulé par aucune contradiction.

Didier Barthès 08/05/2016 21:07

Oui, vous avez raison. Comme vous, j'ai été surpris de cette prise de position. On pouvait penser que la rupture d'un tel tabou serait d'abord testée par des personnes moins exposées.
Bon, peu importe l'important est qu'on en parle et indépendamment de tout choix politique, je veux saluer ce courage.
J'ignore évidemment tout des conditions qui ont déterminé ce choix, quelle est la part de conviction ? Quelle est la part de stratégie ? Conviction et stratégie peuvent cependant se rejoindre sur tel ou tel point.
Ce qui serait bon, c'est que maintenant d'autres se positionnent face à ce choix et bien sûr, selon moi l'approuvent, et incitent puis participent à l'organisation de telles réunions internationales.
Si nous ne faisons pas quelque chose pour réduire la pression démographique, c'est la confrontation de l'humanité aux limites de la planète qui s'en chargera et bien évidemment cela sera beaucoup plus douloureux.

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche