Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 10:24

L’épidémie de coronavirus, a mis en avant la nécessité de changer de modèle de société. Partout s’élèvent aujourd’hui des voix pour nous appeler à remettre en cause plusieurs des dogmes de nos économies modernes : la mondialisation, la croissance à tout prix, l’urbanisation, la densification des territoires. De façon générale, c’est la course à la démesure qui est justement dénoncée.

Or, dans 4 ans, Paris se propose d’organiser les Jeux Olympiques.

De tels jeux s’opposent sur presque tous les plans aux directions que nous devrions prendre.

Par leur gigantisme ils supposent la construction de lourdes infrastructures artificialisant toujours plus les territoires. Par leur caractère mondial ils généreront de nombreux déplacements énergétiquement coûteux et susceptibles de favoriser la propagation de nouvelles épidémies.

Ils entretiendront l’esprit de compétition et le nationalisme quand la coopération devrait être le mot d’ordre. Enfin, ils seront financièrement très lourds au moment où les budgets publics sont déficitaires et où les dépenses devraient être prioritairement consacrées à l’adaptation de nos sociétés à un monde plus résilient et plus respectueux de l’environnement.

N’organisons pas les Jeux Olympiques. Il existe déjà beaucoup de compétitions sportives et un tel renoncement constituerait un excellent symbole d’une réelle volonté de changer les choses et d’aller vers un monde plus durable.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel C 01/05/2020 20:38

Les J.O sont en effet synonyme de démesure. Toujours plus de constructions d'infrastructures, toujours plus grandes, toujours plus de moyens pour la couverture médiatique, déplacements etc. D'autre part les J.O sont une occasion de célébrer la compétition, la sacro-sainte Compétition. Comme le sont le Tour de France, les coupes de baballes etc. etc. Or la compétition, qu'elle soit entre individus, entre villages ou entre pays, alimente cet étrange besoin de domination et de toujours plus, autant dire de ce qui nous mène au désastre.
Certains soutiendront que la compétition est ce qui nous fait progresser, je leur demanderais seulement dans quel sens. D'autres diront que c'est dans la "nature humaine", je leur demanderais alors de quoi ils parlent.

Claude Courty 30/04/2020 16:24

Ne faut-il pas prendre avant tout, la liberté de penser qu'il y a beaucoup plus important encore à faire que prêcher dans le désert la fin de la démesure ?
Le binôme (sur)population-économique dicte sa loi, et ça nous le savons, comme il est clair que plus nos besoins seront grands, plus nous devrons réagir économiquement, aux frais de notre environnement, pour les satisfaire, outre un effort de frugalité auquel la majorité est d'ores et déjà contrainte ou sur le point de l'être.
Or ces besoins augmentent considérablement avec la pandémie et continueront d'augmenter tant qu'elle durera, en laissant, quelle que soit sa durée, des séquelles que ne guériront pas les meilleures intentions.
Il nous faut absolument sortir d'un schéma de référence et de doctrines que le marxisme et bien des idéologies et croyances avant lui ont instaurées.
Pour être plus précis, ce qui serait trop long pour l'exposer ici, je me permets de proposer cordialement l'article publié à l'adresse ci-après : https://docs.google.com/document/d/1gGrtQEU4l4JvY8kGknfBTJPp90ioY38mVq_Dkf8eMxU/edit

teysseire 29/04/2020 13:22

Tout à fait d'accord , il faut cesser d'organiser les Jeux Olympiques pour toutes les raisons que vous énumérez : travaux pharaoniques qui ne sont la plupart du temps, non réutilisables et qui détruisent l'environnement, déplacements longs et coûteux etc...d'autant qu'il existe des compétitions européennes et mondiales qui suffisent largement. J'en ôterais une cependant : celle de la compétition et du nationalisme puisque la compétition fait partie du sport quelle que soit la discipline (sans elle plus de Tour de France !), que l'on s'affronte entre équipes régionales, nationales ou internationales. Je parlerais plutôt de chauvinisme que de nationalisme et je ne crois pas que les compétitions sportives pourront empêcher la coopération entre états.
Je rajouterais, personnellement, un argument contre les jeux Olympiques : les cérémonies d'ouverture où chaque pays organisateur se croit obligé désormais, de rivaliser de bêtise et de laideur dans un très long et très lamentable spectacle !

Didier BARTHES - Jean-Christophe VIGNAL 29/04/2020 14:27

Oui, il existe en effet beaucoup d'autres épreuves à différents niveaux qui devraient satisfaire le besoin d'affrontement. En ce qui concerne ma critique de la compétition elle portait surtout sur son côté nationaliste qui est exacerbé lors des Jeux Olympiques avec le comptage des médailles et le très ridicule (et laid en effet) défilé grandiloquent des drapeaux du début des Jeux.
Le Tour de France échappe un peu au nationalisme grâce à son organisation privée (ASO) et à sa structure par équipes de marques (les spectateurs qui hurlerait pour leur équipe nationale se moquent un peu de Inéos, de La Française des Jeux ou autre sponsor). D'ailleurs le Tour est toujours aussi populaire alors qu'il y a 35 ans qu'un français ne l'a pas gagné. D'autre part, il utilise des structures existantes (les routes) et n'empiète pas durablement sur l'espace ni ne nécessite de nouvelles constructions. Ajoutons que le public est généralement assez bon enfant par rapport à ce que l'on constate dans d'autres sports.