Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 16:44

Michel Sourrouille, bien connu des milieux antinatalistes, signe là un nouveau livre sur la démographie après l’ouvrage « Moins nombreux plus heureux » dont il avait assuré la coordination.

L’auteur décrit d’abord la façon dont le sujet s’est imposé à lui, puis nous propose un constat sur l’évolution de la population mondiale et sur les inquiétudes qui en résultent sur le plan sociétal, sur le plan des ressources et de la pollution ou sur celui de la préservation de la biodiversité. Il relie avec justesse nombre des maux qui touche l’Humanité : les guerres, les famines, les épidémies, le réchauffement climatique à la pression démographique, non pas bien entendu considérée comme leur seule cause, mais comme un facteur toujours sous-jacent et  souvent déterminant.

L’originalité du livre est aussi d’offrir une analyse sur le rejet dont a fait l’objet l’œuvre de Malthus, à qui Michel Sourrouille donne le titre de « lanceur d’alerte ».  Ce rejet touche des milieux aussi différents que la Gauche, l’Église Catholique ou même les décroissants (on lira avec intérêt les points de vue de Paul Ariès, François Jarrige ou Serge Latouche qui, tous, tendent à relativiser la richesse de l’analyse malthusienne et son caractère prémonitoire). Le tabou sur la question reste bien sûr la première des difficultés à vaincre, il est d’ailleurs particulièrement présent dans les milieux écologistes.

Michel Sourrouille insiste sur le fait que son engagement sur la question démographique est au cœur de son engagement sur l’écologie. Il présente enfin une vue sur les principaux efforts des associations ou des scientifiques pour mettre la problématique en lumière. Il ne cache pas non plus les échecs comme ceux des conférences sur la population, il n’existe d’ailleurs toujours pas de COP sur la démographie comme il y en a pour le climat.

On trouvera en fin d’ouvrage une bibliographie détaillée où sont assez longuement présentés une vingtaine de livres ainsi qu’un lexique très complet où sont développés les termes techniques (équation IPAT, modèle de Lotka Volterra, transition démographique….) mais aussi les sujets parfois polémiques pouvant être en rapport avec la démographie (la PMA, la GPA, l’euthanasie, l’eugénisme, la sexualité, les migrations…)  

En un mot, un livre nécessaire sur un sujet qui devrait avoir la  première place dans l’esprit de tous ceux qui se préoccupent de l’avenir de la planète et même de l’avenir de l’Humanité. Faire moins d’enfants aujourd’hui c’est préserver à la fois une Terre vivable et, sans qu’il y ait le moindre paradoxe, le droit de nos enfants.... d’avoir à leur tour des enfants.

_________________________________________________________

Michel Sourrouille : Arrêtons de faire des gosses, comment la surpopulation menace la planète, préface de Didier Barthès,  

Editions Kiwi, collection Lanceurs d’alerte, octobre 2020, 201 p. 20 €, ISBN 978-2-37883-092-2.

Vous pouvez commander ce livre auprès de votre libraire ou sur internet via ce lien ou bien même contacter pour cela l’association Démographie Responsable (contact@demographie-reponsable.fr)

Partager cet article
Repost0

commentaires

jedonnedusens 27/11/2020 10:50

C'est un discours de plus en plus répandu en ce moment, les moeurs sont en train d'évoluer visiblement

Didier BARTHES - Jean-Christophe VIGNAL 05/12/2020 11:24

Bonjour,
Le discours est assez répandu dans la population, mais il l'est encore très peu dans les mouvements écologistes (à l'exception du Mouvement Écologiste Indépendant) et en France une seule association, Démographie Responsable se préoccupe du problème et médiatise la question.
Les COP sur le climat par exemple ne l'abordent presque pas et même sur le sujet de l'effondrement de la biodiversité où pourtant le nombre des hommes constitue un facteur déterminant de la disparition des animaux, la problématique est largement passé sous silence. En France les acteurs médiatiques de l'écologie, EELV, Nicolas Hulot ou Pierre Rabhi ne l'abordent pas ou sont même carrément hostiles à l'idée d'en parler ou de reconnaître l'importance de ce facteur.
Pourtant, à 8 milliards sur la planète, il n'existe guère d'espoir de préserver les écosystèmes.

N.L. Taram 14/10/2020 00:23

Merci pour votre article et la présentation de l'ouvrage cité. Cela fait des années que je débats à ce sujet avec mes amies et correspondants polynésiens... mais sans sucés. Je viens de diffuser votre article sur mes blogs et sur les réseaux.

Didier BARTHES - Jean-Christophe VIGNAL 14/10/2020 09:33

Bonjour, merci pour le partage que vous avez fait de cet article. Oui vous avez raison, le sujet est difficile à évoquer et pas seulement en Polynésie, n'hésitez pas à consulter le site de l'association Démographie Responsable qui évoque ces questions.