Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 19:04

Une nouvelle fois, la démographie se trouve mise au cœur de la protection de l’environnement et tout simplement… de notre avenir. Par ce long - 554 pages - et dense ouvrage, Jean-Michel Favrot nous propose l’un des panoramas les plus complets sur la question.

Après une revue de l’état général de la planète puis un approfondissement sur la démographie proprement dite et sur les niveaux de consommation, l’auteur s’attache à montrer l’articulation entre le nombre des hommes et tous les autres éléments qui structurent nos sociétés. Ainsi, sont analysés les liens entre revenus et fécondité, entre démographie et énergie et plus généralement entre démographie et ressources. La problématique du réchauffement climatique est également étudiée sous cet éclairage, de même que celle des atteintes à la biodiversité.

Intéressant par cette multiplicité des approches, «Démographie, l’impasse évolutive» constitue une mine de renseignement, une véritable base de données pour chacun des thèmes abordés. Tableaux et graphiques pourront servir de référence à tous ceux qui souhaitent approfondir le sujet. Le chapitre 12 «La paille dans le cocktail du voisin» donne un aperçu des débats et des arguments souvent échangés autour de ces questions. A ces données « techniques » s’ajoutent des considérations plus sociologiques sur les motivations à avoir (ou pas) des enfants : un sujet à l’ordre du jour en ces périodes d’angoisse sanitaire, le covid est d’ailleurs évoqué en fin d’ouvrage.

Chaque chapitre est encadré d’une introduction et d’un résumé ce qui rend la lecture particulièrement aisé pour un livre de cette ampleur.

Ci-dessous, extrait de la quatrième de couverture

Et si tous les maux actuels de la Terre, catastrophes naturelles, réchauffement climatique avaient une cause originelle ?

Et si ce dénominateur commun était l’un des seuls leviers sur lequel il est encore possible d’agir pour atténuer les conséquences graves des crises environnementales et humaines qui ne manqueront pas d’émailler ce 21ème siècle ?

Après avoir décrit l’impasse évolutive dans laquelle l’humanité s’est engagée depuis des siècles, l’auteur propose une nouvelle vision de l’humanité, de son rôle, de sa place.

Ce chemin sur lequel l’auteur propose de s’engager est fondé sur une nouvelle philosophie moins anthropocentrée qui redonne toute sa place au vivant…

Une démographie maîtrisée, un nouvel espoir pour l’humanité et la biodiversité.

Voir également ici une vidéo de l'auteur de cet ouvrage

_________________________________________________________

Jean Michel Favrot : Démographie, l’impasse évolutive. Des clefs pour de nouvelles relations hommes-nature.

554 pages, 19,00 € (papier), 8,99 € (Ebook),

Editions, Books on Demand (BoD), Paris 2020.

ISBN : 978-2-3222-6485-8

Partager cet article
Repost0

commentaires

Léon Paul 12/03/2021 17:52

Et si au contraire notre nombre était une chance pour la survie et l'évolution de notre espèce ?

En 2030 la planète devrait compter 8,5 milliards d’habitants, et 10 milliards en 2050. Et ensuite ?
Qui donc peut l'affirmer ? Personne.
" L’espèce humaine date de 300 000 ans à peu près, c’est assez jeune. Normalement, une espèce de mammifère primate telle que la nôtre peut durer plusieurs millions d’années. La voir disparaitre en quelques millénaires faute de naissance serait surprenant, bien que pas impossible. Mais la seule certitude que nous avons, c’est que la population commencera à décliner entre 2050 et 2100”.

https://www.cnetfrance.fr/news/surpopulation-ou-extinction-avec-10-milliards-d-humains-en-2050-que-deviendra-l-espece-humaine-39916713.htm

Didier BARTHES 22/03/2021 12:23

Normalement, une espèce de mammifères de notre taille a des effectifs de l'ordre de quelques millions plutôt que de quelques milliards. Un rapport de 1 à 1000 ça change quand même largement les données du problèmes (et encore ces autres mammifères n'utilisent ils que du renouvelables, pour une espèce utilisant des artefacts non recyclables la contrainte démographique pourrait être encore plus forte).

Enfin, notez que les chiffres de projections que vous donnez sont largement inférieurs à ceux de l'ONU qui sont plutôt de 9,7 milliards en 2050 et 10,9 milliards en 2100 (même si évidemment, cette dernière estimation, plus lointaine, est logiquement plus incertaine).