Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2021 7 02 /05 /mai /2021 14:04

 

Alors que depuis plus d’un an, la France n’a connu que de brèves périodes de liberté, François Busnel, dans un récent épisode de son émission « La p’tite librairie » revient sur l’essentiel du message, qu’il y a 73 ans déjà, Georges Orwell a tenté de faire passer à travers son célèbre ouvrage : 1984. Si le livre a eu du succès, la leçon ne semble guère avoir été entendue.

Voici la retranscription de l’émission :

« Vous n’avez pas le sentiment d’être surveillé, quand vous vous connectez à internet ou à un réseau social et que vos données personnelles sont enregistrées par exemple ?

C’est le moment de se replonger dans le grand roman de la surveillance totalitaire. 1984, de Georges Orwell est plus que jamais d’actualité… Ce chef d’œuvre, qui date 1948 anticipe de façon saisissante les pires traits de notre époque.

Orwell met en garde contre la société de surveillance. Il montre qu’il n’y a de totalitarisme que parce qu’il existe une sourde demande de servitude volontaire, la liberté ayant un coût que tout le monde n’est pas prêt à payer.

C’est ce que comprend le personnage principal Winston Smith dès les premières pages. Winston, c’est un fonctionnaire du ministère de la vérité, qui fait consciencieusement son travail. Winston n’a aucun de souvenir d’enfance et dès qu’il entre dans le champ du « télécran » qui le surveille en permanence, eh bien il doit feindre une expression d’optimisme.

Un jour, il décide de braver le regard du grand frère Big Brother, en commençant son journal intime. Et là, en écrivant, c’est comme s’il  découvrait celui qu’il aurait pu être, celui qu’il pourrait devenir. Il tombe amoureux, brave l’interdiction qui pèse sur toute manifestation d’affection et il se soulève contre le parti.

Mais il ne se doute pas que le mouvement d’opposition auquel il songe n’est en réalité qu’une fiction destinée à piéger les vrais résistants.

Orwell montre dans ce roman terrible et génial à quel point combien préserver son intimité, tout comme penser en dehors des clous constitue un trouble à l’ordre public, nous sommes prévenus, à nous de faire en sorte que 1984 reste une fiction… »

Dans ce brillant résumé de François Busnel, la phrase la plus porteuse de pessimisme est sans doute celle-ci : « Il n’y a de totalitarisme que parce qu’il existe une sourde demande de servitude volontaire, la liberté ayant un coût que tout le monde n’est pas prêt à payer ». Oui, les autocrates, les gouvernements, les régimes même, sont de passage, mais cette faiblesse des hommes pour la servitude constitue le véritable terreau de toutes les dictatures, c’est elle qu’il faut combattre encore et toujours comme le dit François Busnel « pour que 1984 reste une fiction ».

Sur ce thème voir également cet article : Coronavirus, le plus court chemin de 2020 à 1984.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Teysseire 02/05/2021 19:14

Nous sommes en effet prêts à renoncer à tout pour notre sécurité. La liberté ne parait plus une valeur commune ni même un concept ayant une "gueule" de valeur ." Liberté, liberté? est ce que j'ai une gueule de liberté?! " Par contre on espère avoir une gueule de bonne santé, de zéro risque, de sécurité sanitaire, d'écolier obéissant et consentant à toute contrainte, voire une sale gueule de délateur de ceux qui font délit de faciès en sortant sans masque ou en faisant la fête à plus de 6...Nous avons toujours été prêts à entrer de bon gré dans le totalitarisme, de tout temps, tout le monde, toujours.

Didier BARTHES - Jean-Christophe VIGNAL 02/05/2021 21:33

Oui, je crois aussi que tout est là, la liberté n'est plus une valeur dans notre société.
Nous comprendrons un jour que nous l'avons sacrifiée et que pour autant nous n'aurons ni la santé, ni la sécurité. C'est une version moderne de la fameuse phrase de Churchill sur la guerre et le déshonneur. Nous avons eu finalement les deux et là aussi, nous aurons à la fois l'épidémie et le totalitarisme.
Quelle tristesse aussi de constater que le mécanisme est connu depuis si longtemps et que cela ne fait rien à l'affaire. Décidément, le désir de servitude est une chose terrible.