Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 14:44

Omniprésente dans les médias,  l’écologie se veut aujourd’hui à la pointe de la modernité. Tout ce qui n’est pas vert n’est pas moderne et notre époque est à deux doigts de donner des leçons aux périodes passées.

Est-ce bien justifié ? En quoi d’ailleurs consiste exactement une attitude écologiquement correcte ?

A manger bio ? Mais c’est ce qu’a fait l’humanité jusqu’aux années 1950. Ce n’était peut-être pas toujours et partout d’excellente qualité, mais c’était incontestablement bio, d’origine locale, sans presque d’engrais chimique ni de préparation industrielle. Précisément ce que nous recommandent aujourd’hui  les écologistes ! En un mot : mangner bio c’est manger comme on mangeait avant que l’on ne parle d’écologie !  

A limiter l’usage de la voiture ? Mais ce fut  par la force des choses le sort des hommes tout au long de leur histoire. Hélas, même depuis l’invention de l’automobile et son installation dans la vie quotidienne, nous ne cessons de parcourir de plus en plus de kilomètres (1).  Etre éco-responsable consiste-il alors à transporter par train toutes les marchandises qui irriguent notre société de consommation ? Hélas encore,  le fret ferroviaire ne cesse de s’effondrer (2). Soyons écolos : revenons 50 ans en arrière !

Etre écologiquement responsable c’est utiliser préférentiellement les énergies renouvelables : le vent, le bois, la force des rivières ? Mais c’est exactement ce que nous avons fait tout au long de l’histoire jusqu’à l’époque industrielle. Au 18ème siècle, tous les navires étaient à voile. Mieux encore, par leur composition même ils étaient écolos : bois, cordes et toiles était entièrement biodégradables. Oui, trois cent ans plus tôt notre comportement maritime était écologiquement irréprochable. Nous étions même en plein développement durable puisque Colbert fit planter les célèbres chênes de la forêt de Tronçais afin d’assurer l’avenir  de la construction navale. Quel décideur politique se préoccupe-t-il aujourd’hui d’investissements, verts de surcroit, à plus d’un siècle d’échéance ? Bref il ne manquait à nos ancêtres que les mots pour entrer dans la modernité.  Remplaçons « bateaux à voile » par « navire à énergie éolienne et  « moulins à vent par éoliennes électro-génératrice » et le compte y est ! L’humanité était moderne et écolo sans le savoir tout comme M. Jourdain faisait de la prose.  Quant à  Eole, il ignorait  ce que la modernité emprunterait à son patronyme.

Les exemples pourraient être multipliés : le transport aérien généralisé, et les déplacements permanents, l’omniprésence des plastiques, des emballages  et des produits chimiques…  sur tous ces sujets nous étions plus « éco-responsables » dans les temps passés.  Ajoutons bien  entendu le volet  démographique. Cent ans plus tôt la Terre portait quatre fois moins d’habitants et la pression sur le milieu n’en était évidemment que beaucoup plus légère.

Il ne s’agit pas là d’être passéiste, mais la question ne relève pas d’un simple problème de vocabulaire. Elle ne constitue pas non plus la moquerie facile d’un snobisme par trop évident. Le fond est plus important.

Il faut cesser de croire que la solution passe par un accroissement permanent de nos moyens. En reconnaissant que les solutions de demain passent, partiellement et sur un certain nombre de points, par  un retour à des comportements anciens, nous assumons ce renoncement à une croyance naïve en la toute-puissance de la croissance et de la technologie. Probablement irions-nous par-là vers un peu plus de sagesse…et d’efficacité.

____________________________________________________________________________________________________

(1) En France et en 1970  les véhicules particuliers parcouraient environ 140 milliards de kilomètres, en 2010, cette même catégorie de véhicules a parcouru 440 milliards de kilomètres soit 3,4 fois plus pour une population qui a augmenté d’environ 30 % Source INRETS (voir le graphique noté figure 1 de cet article).  

Pour être tout à fait honnête précisons toutefois que cette évolution vers toujours plus de voyages pourrait s’infléchir, voir cet article récemment paru sur le site Terra eco.     

(2) Ne soyons toutefois pas trop sévères sur ce plan. beaucoup des critiques que font les écologistes au peu d’attrait que les industriels trouvent au transport par voie ferrée tient à la sous-estimation des coût liées aux ruptures de charges : les voies ferrées ne vont ni dans la plupart des usines ni dans les magasins. Le système implique toujours un transport final routier et de coûteuses opérations de transbordement. Dans un processus multimodal, les ruptures de charges sont coûteuses en terme de travail.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

factsory 19/10/2011 22:15


Enfin tout n'était pas tout rose… On a quand même largement « déforesté » la France jusqu'à ce qu'on utilise… du charbon.


Didier BARTHES 20/10/2011 12:20



En effet et vous avez parfaitement raison de le rappeler. Les énergies dites renouvelables ne sont pas parfaites. En particulier, et c'est l'un des thèmes récurrents de ce blog, elles ne sont
susceptibles que de répondre aux besoins d'une population moins nombreuse et moins gourmande. Si on les utilise trop, on dépasse les capacités de régénération de la nature et (pour l'énergie liée
au bois) l'on déforeste. C'est ce qui s'est passé en France et en beaucoup d'autres endroits dans le monde. Précisons que cette déforestation avait également pour but de gagner de nouvelles
terres pour l'agriculture. Là aussi nous revenons sur les contraintes liées aux ordres de grandeurs et à l'importance de la population.



Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche