Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 06:44

Plusieurs fois nous avons évoqué l’aggravation de la situation sur le front du CO2 (1) : Augmentation des émissions, augmentation de la proportion de ce gaz dans l’atmosphère et même augmentation de l’augmentation de cette dernière. La NOAA vient de publier le graphique ci-dessous qui résume parfaitement cette course folle et qui, grâce à un certain recul, en souligne le caractère inexorable et dramatique.croissance du CO2 annuel moyenne histogramme

                 Croissance annuelle moyenne du CO2 au Mauna Loa.

 Source : NOAA : National Oceanic and Atmospheric Administration (USA)

 

Cet histogramme présente sur cinquante ans (de 1960 à 2010) la quantité de CO2 (en parties par millions ou ppm) que nous ajoutons chaque année à l'atmosphère. Il s’agit donc bien d’une mesure non de l’évolution de la proportion de ce gaz mais bien de la variation de cette évolution. Des barres noires horizontales présentent la moyenne pour chaque décennie et permettent  de visualiser immédiatement la tendance générale.

On remarque que  nous ajoutons tous les dix ans à notre atmosphère plus de CO2 que durant la décennie précédente. Seule la période 1990-2000 fait exception : la pollution par le CO2 y a bien augmenté, mais moins que durant la période 1980-1990.

Sur le demi-siècle qui vient de s’écouler, la situation est alarmante. Ainsi de 2000 à 2010, chaque année nous avons augmenté de 2 parties par million la quantité de CO2, alors que de 1960 à 1970, pourtant en pleine période de croissance économique (pour l’Occident), le CO2 n’augmentait que de 0,85 ppm par an soit d’une quantité plus de deux fois moindre. Evidemment ces parties par millions supplémentaires et en plus grand nombre s’additionnent à une proportion elle-même plus importante. De 1960 à 1970 ces 0,85 ppm s’ajoutaient chaque année aux 320 ppm de l’atmosphère, de 2000 à 2010 les 2 ppm annuels s’ajoutent aux 380 ppm que comprend désormais l’air qui nous entoure (2). L’effet de serre a le sourire, il ne va pas mourir d’inanition.

Tout ceci est évidemment parfaitement en phase avec le nombre et l’activité des hommes. Notre inquiétude peut légitimement suivre la même pente, d’autant qu’il reste à l’humanité, pour alimenter la croissance, encore un peu de forêts à déboiser et une partie non négligeable des réserves initiales de charbon à brûler. Il n’est pas exclu, il est vrai, que le siècle suivant nous autorise quelques économies de chauffage.

 ______________________________________________________________________

1)  Voir notamment la page : les chiffres clefs du CO2

2)  Les valeurs 320 et 380 ppm correspondent approximativement aux quantités de CO2 présentes au milieu de chacune des deux décennies évoquées (en 1965 et 2005 donc). Rappelons que la proportion de gaz carbonique  dans l’atmosphère avant la révolution industrielle est évaluée à 280 ppm .Cette proportion a donc plus aumenté en 40 ans que des débuts de l'humanité jusqu'à 1965. Comment mieux illuster l'accélération du déséquilibre ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Pollution
commenter cet article

commentaires

Mike Da Funk 13/07/2011 09:20


Un lien en rapport avec le sujet :
http://www.clubic.com/application-web/actualite-434470-etude-mail-gourmand-co.html

Bonne journée les gars !


Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche