Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 18:04

La presse commence à l'évoquer (1), pour la première fois, certaines mesures ont, ou sont sur le point, de révéler un taux de 400 parties par millions  de CO2 dans l'atmosphère. Du fait de la saisonalité  du phénomène (graphique 6)  et de la variabilité géographique des mesures, ce taux n'est pas encore définitivement acquis, mais il deviendra bientôt la norme, et nous pouvons parier que ce siècle connaîtra les 500 puis peut-être les 600 ppm. De 1980 à 2010, le gain à été d'environ 1,7 ppm par an ce qui correspond à une augmentation séculaire de 170 ppm. Cette seule augmentation est supérieure à la moitié du taux préindustriel. 

On estime en effet que jusqu'aux années 1800,  le gaz carbonique composait l'atmopshère à hauteur d'environ 280 parties par millions. Plus précisément, la proportion de ce gaz aurait oscillé entre 200 et 280 ppm au cours des 400 000 dernières années (graphique 1). En seulement deux cent ans, notre omniprésence et l'explosion de nos activités auront donc augmenté  cette proportion d'environ 43 % ! La poursuite de la croissance démographique - l'humanité devrait gagner encore environ deux milliards de représentants d'ici 2050 et trois d'ici 2100 - mais aussi  le développement de nombreux pays émergents, la Chine et l'Inde en tout premier lieu, favoriseront évidemment l'évolution en cours.
Vous trouverez ci-dessous quelques tableaux et graphiques donnant une image de ces variations sur différentes échelles de temps. Pour la première fois, une espèce modifie significativement la composition atmosphérique de notre planète. Les conséquences climatiques en sont encore débattues, mais l'hypothèse d'un réchauffement non négligeable fait aujourd'hui presque l'unanimité.
________________________________________________________________
 

1 :  Evolution du taux de CO2  sur longue période  

    Variation des teneurs de l'atmosphère en gaz carbonique sur les 400 000 dernières années (forage de Vostok) Petit & al, Nature, juin 1999 (disponible sur le site Manicore)

  CO2 sur longue période________________________________________________________________

 2 :  Evolution du taux de CO2
 au cours des dernières années
    
    (au Mauna Loa)
Tableau des valeurs moyennes
Données en ppm pour l'année commençant chaque décennie et croissance par rapport au début de la décennie précédente.
 


  1960  : 316,91 ppm
  1970  : 325,68 ppm (+   8,8 ppm soit + 2,8 % par rapport à 1960)
  1980  : 338,68 ppm (+ 13,0 ppm soit + 4,0 % par rapport à 1970)
  1990  : 354,16 ppm (+ 15,5 ppm soit + 4,6 % par rapport à 1980)
  2000  : 369,40 ppm (+ 15,2 ppm soit + 4,3 % par rapport à 1990)
  2010  : 389,78 ppm (+ 20,4 ppm soit + 5,5 % par rapport à 2000)
                                     

________________________________________________________________

  3 :  Graphique de l'évolution du CO
2 sur cinquante ans.
          (au Mauna Loa)
 
Courbe rouge :  données brutes 
Courbe noire  :  données désaisonnalisées
  CO2 longue période avril 2013 _________________________________________________________________________________________________        
  
 4 :   Evolution de la croissance moyenne annuelle du CO2 sur 50 ans
       (au Mauna Loa) 
Barres verticales bleuesDonnées annuelles
Traits noirs horizontaux : Moyennes sur la décennie
   
croissance-moyenne-depuis-50-ans-avril-2013.pngAprès une pause au cours de la décennie 1990 (pause qui n'a en rien abaissé le taux de CO2 dans l'atmosphère mais en a simplement ralenti le taux de croissance), on observe une forte reprise de l'évolution, puisqu'au cours de la décennie 2000, le taux de croissance du gaz carbonique dans l'atmosphère est reparti à la hausse et bat tous les records avec une progression moyenne d'environ 2 ppm par an, soit 20 ppm par décennie.
   
_________________________________________________________________________________________________

 

 5 :  Evolution du nombre de ppm sur la dernière décennie

          (au Mauna Loa)  

 

Années nb de ppm croissance (*)        

Années

nb de ppm croissance (*)
                             
  2000 369,52   + 1,62     2007   383,76   + 2,20
  2001 371,13   + 1,58     2008   385,59   + 1,62
  2002 373,22   + 2,53     2009   387,38   + 1,88
  2003 375,77   + 2,29     2010   389,85   + 2,42
  2004 377,49   + 1,56     2011   391,57   + 1,94
  2005 379,80   + 2,52     2012   393,82   + 2,66
  2006 381,90           + 1,76                                              

(*) Le nombre de ppm pour chaque année correspond à la valeur moyenne de l'année considérée. La croissance (toujours en ppm) correspond à celle publiée par l'ESRL entre le 1er janvier de l'année et le 1er janvier de la suivante. La croissance entre les deux valeurs moyennes annuelles peut être différente de la croissance consatée entre deux premiers janvier, voici pourquoi on ne passe pas d'une année à l'autre en ajoutant la valeur de la croissance ici indiquée.
 ________________________________________________________________________________________________  
         
   6 :  Evolution sur les cinq dernières années      
         Au mauna Loa (premier graphique) puis globalement sur la planète (second graphique)   
Courbe rouge : données brutes
Courbe noire : données désaisonnaliséesCO2-sur-5-ans-janvier-2013-version-2.png
CO2 5ans avril
La saisonnalité de l'évolution est ici bien  visible et justifie l'établissement de courbes désaisonnalisées (courbes noires). Ces graphiques confirment que globalement nous allons très prochainement atteindre au moins provisoirement le seuil symbolique des 400 ppm . En avril 2013,  le dernier relevé mensuel publié par l'ESRL donnait 398,40  ppm ! (pour 396,18 ppm l'an dernier, à la même période).
Cette saisonalité est liée au rôle prédominant de l'hémisphère nord dans l'émission de CO2, principalement au cours de  l'hiver. On voit d'ailleurs que le pic a lieu quand l'hiver est fini, c'est à dire,  en avril-mai  et que tout le gaz carbonique que nous avons émis en hiver s'est accumulé sans avoir encore été suffisamment absorbé par la croissance de la végétation. En été au contraire, la moindre consommation de l'hémisphère nord et la poussée de la végétation font provisoirement redescendre les courbes. L'hémisphère sud, moins peuplé, et moins arboré, car principalement maritime, participe plus faiblement à ce mécanisme saisonnier.
Au rythme actuel de progression du CO2, il faut environ cinq ans pour que le pic le plus bas de l'année atteigne le niveau de ce qui fut le pic le plus haut.  On peut donc estimer que dans cinq ans les 400 ppm consitueront notre quotidien.
   
Cette augmentation graduelle du taux de CO2  peut être visualisée via cette animation fort pédagogique. 
 
(1) :  Voir par exemple les articles des Echos de Libération ou de Futura Environnement. voir aussi l'émission C dans l'air du 20 mai 2013 .
__________________________________________________________________________ 
 
Sources : Les tableaux et graphiques reproduits ici (sauf le premier)  proviennent de l' ESRL (Earth System Research Laboratory) et sont librement consultables sur ses excellents sites. L'ESRL est un laboratoire de recherche du NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) La plupart proviennent de mesures réalisées depuis 1958  sur le volcan Mauna Loa à Hawaï, au coeur du Pacifique, et donc loin de toute concentration humaine ou industrielle significative. 
Les chiffres de la dernière année peuvent être soumis à quelques réajustements. Il ne faut donc pas les considérer comme définitifs même si, bien sûr, ces réajustements ne sont pas susceptibles de changer les ordres de grandeur.
   
Les principaux éléments de cet article sont repris dans une page fixe de ce site : Les chiffres clefs du CO2, page qui est et sera mise à jour au fur et à mesure  de la disponibilité de nouvelle statistiques.   

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Evariste 07/07/2013 16:46

Pour plus de commodité, je mets le lien précédent avec "Evariste" (votre site, je le trouve bien, mais ce n'est pas le mien).

Evariste 07/07/2013 16:41

Attention, il ne faudrait pas que cela serve la soupe à la propagande du nucléaire qui prétend être la solution pour limiter le CO2.

Les énergies renouvelables font beaucoup mieux, depuis des dizaines d'années. Et la tendance s'accentue.

http://energeia.voila.net/electri/co2_ges_nucle_renouv.htm

D'autant plus que le nucléaire est en déclin, il suffit de voir les statistiques de l'électricité mondiale pour s'en convaincre (même site, page d'accueil).

oscar 24/05/2013 10:22

Ca fait des années que l'on parle de ces émissions ! Mais sans prise de conscience collective, difficile de renverse la tendance :-(((

Didier Barthès 24/05/2013 15:01



En effet, vous avez raison. Ajoutons qu'au-delà de la prise de conscience, il faudrait aussi la volonté d'agir. Lutter contre les émissions de CO2 revient à
s'opposer frontalement au principal moteur de nos sociétés : la croissance dans toutes ses composantes. Il n'y aura pas de solution crédible qui ne passe par une réduction de nos effectifs et de
nos activités. C'est une chose encore très difficile à accepter et plus encore à mettre en oeuvre. Les équilibres de nos sociétés s'appuient  sur une fuite en avant permanente. Changer
la base de son équilibre est une des choses les plus difficiles que l'on puisse concevoir.



teysseire anne 16/05/2013 19:21

C'est effrayant. Outre les conséquences sur le climat, sait-on ce que cela va engendrer pour nos vies animales sur le moyen et long terme? et cette courbe va-t-elle s'infléchir un jour? quand il
n'y aura plus d'energies fossiles? quand nous serons tous asphyxiés?

Didier BARTHES 17/05/2013 12:36



Oui. Compte tenu de l'incapacité de l'humanité à anticiper les problèmes et à prendre (je n'ose même dire à appliquer) les décisions nécessaires quand elles sont
coûteuses, on peut imaginer que seule la déplétion des énergies fossiles viendra à bout de ces courbes infernales. Hélas la mise en exploitation des pétroles et gaz de schistes et surtout
l'ampleur des réserves de charbon encore disponibles laissent penser que nous gagnerons encore deux ou trois centaines de ppm avant cette échéance. Largement de quoi provoquer un changement
climatique majeur, surtout si des effets de seuils (je pense à la fonte du permafrost ou au dégasage des hydrates de méthane) entrent en jeu. Bien entendu, notre planète a déja connu de tels
changements climatiques et ils étaient d'origines naturelles mais en ces temps, l'homme n'était pas omniprésent et ne quadrillait pas tous les territoires, les especes animales et végétales,
soumises à la sélection naturelle avaient donc toute liberté pour s'adapter, les animaux en plus eux, pouvaient migrer. Il était un temps où un réchauffement qui aurait été nuisible à l'ours
polaire aurait été favorable au tigre de Sibérie. Ce n'est plus le cas, il n'y aura donc que des perdants, nous compris.



Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche