Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 09:44

L’émission  "C dans l’air"  intitulée "huit milliards dans vingt ans" que France 5 a diffusé le 25 novembre dernier m'a laissé un goût de discours univoque et convenu. En effet, aucun des invités ne semblait sérieusement inquiet de l’augmentation de nos effectifs (à l'inverse de nombre de nos compatriotes) et tous ont insisté sur un problème d’organisation plus que de données quantitatives.

Ces points de vue mille fois répétés s’appuyaient cependant sur une argumentation imprécise et incomplète sur beaucoup de points.

Le démographe Hervé Le Bras d’abord a annoncé un taux de croissance de la population mondiale de 0,8 à 0,9 % par an. Or, avec 80 millions d’habitants supplémentaires pour une population de 7 milliards, le taux de croissance annuel est en réalité de 1,14 %...

M. Le Bras a également beaucoup insisté sur la baisse de ce taux de croissance en omettant deux phénomènes importants : D’abord, il se réfère pour dire que ce taux n’est pas inquiétant, aux taux records que l’humanité a connus dans les années 60 et 70. Il n’est jamais très honnête pour juger une donnée de la comparer à la donnée record, on pourrait dire aussi que le taux actuel est très fortement supérieur à ce que l’humanité a connu l’essentiel de son histoire et même au cours d'une partie de la première moitié du 20ème siècle.

En second lieu, bien sûr, il faut rappeler que ce taux de croissance s’applique à une population de plus en plus importante et qu’il conduit en pratique à une croissance en nombre absolu (et c’est bien cette dernière qui pèse sur les ressources et sur les équilibres écologiques) proche des niveaux records:  nous gagnons depuis le début de ce siècle environ 80 millions d’habitants par an et cela ne diminue pratiquement pas. Hervé Le Bras a également beaucoup insisté sur la baisse des taux de fécondité sans toujours la comparer (au moins dans la même intervention) à la baisse de la mortalité infantile. Or, dans les faits, ce qui compte c’est le nombre de femmes qui arrive à l’âge de la reproduction (de ce nombre viendra la croissance future), la baisse très forte de la mortalité infantile rend incomparables les taux de fécondité passés et présents, comparaison sur laquelle s’appuie son optimisme. D’ailleurs le monde gagne preque toujours autant d’habitants chaque année.

 

Analyse assez incomplète également de l’agriculture par Mme Marion Guillou qui, lorsqu’elle a évoqué l’avenir, a tout simplement oublié de dire que la productivité agricole était fortement dépendante du pétrole (via les engrais, la mécanisation et le transport des denrées) or ce pétrole va manquer au cours de notre siècle  Cela va très sensiblement peser sur la productivité et donc sur notre capacité à nourrir des effectifs croissants (d'autant que de fortes inquiétudes pèsent également sur les phosphates).  

 

Propos tout aussi incomplets de Gérard-François Dumont qui évoqua plusieurs pays en décroissance démographique en oubliant tout simplement de rappeler leur poids absolument négligeable dans la démographie mondiale.

 

Discours également très étonnant de Jean-Christophe Rufin qui laisse entendre le caractère criminel de toute analyse malthusienne. Mais quel est donc ce principe par lequel on juge une idéologie à partir d’exemples caricaturaux tirés de la frange la plus extrémiste au sein de ce qu’on appelle la Deep Ecology ? Que Jean-Christophe Rufin regarde les études et les réflexions de Population Institute aux États-Unis, de Population Matters en Angleterre, de Démographie Responsable en France ou de Rientrodolce en Italie, et il verra que ceux qui s’inquiètent de la surpopulation sont loin de tous ces excès. Laisser entendre, comme il le fait, que souhaiter un monde moins peuplé revient à ne pas se préoccuper des milliards d'occupants actuels de la planète relève de la méconnaissance. C’est au contraire pour assurer un avenir à tous, que beaucoup de mouvements militent pour une démographie plus modeste.

 

Enfin et cela concerne l’ensemble des invités deux lacunes très profondes sont apparues dans leurs discours.

D’abord personne n’a mis le problème en perspective et n’a fait comprendre aux auditeurs combien les décennies qui nous entourent constituent une exception sur le plan démographique tant en ce qui concerne les effectifs atteints qu’en ce qui concerne leur évolution. Quand un problème est grave il est bon de prendre un peu de recul et de situer les choses. Regardons une courbe de la démographie humaine sur longue période (2000 ans par exemple) et nous comprendrons immédiatement le caractère absolument exceptionnel de la période présente. Ceci ne ressortait en rien des analyses présentées et l’on avait l’impression d’un réel manque de hauteur.

Second reproche plus grave encore, l’absence totale de réflexion écologique. Tout le débat a été concentré sur l’alimentation. Que l’explosion démographique exclue de fait la présence de la quasi-totalité de la vie sauvage sur Terre ne semble pas avoir effleuré un seul instant l’esprit des participants. C’est qu’il ne s’agit pas que de nourrir les hommes, il s’agit aussi de les faire vivre durablement et en harmonie sur leur planète avec le reste du vivant. C’est là peut-être la conception la plus profonde de l’humanisme, mais de cela, il n’a pas été question une seule seconde. Manque de recul encore et manque de tendresse évident pour le monde.

 

Hélas ces explications convenues ne constituent pas une exception. Le même travers était apparu le 1er novembre au cours de l'émission Ce soir ou Jamais où les invités de Dominique Taddéï avaient, malgré la présence de Paul Ariès, représentant de la décroissance, tenus des propos tout aussi conventionnels.  

D'ailleurs, la très importante Conférence de Dakar  consacrée à la planification familiale qui se tiendra du 29 novembre au 2 décembre 2011 semble devoir s'ouvrir dans l'indifférence générale, l'implication de l'UNPFA ou de la Fondation Bill et Melinda Gate ne change rien à l'affaire.

Sur  l'ensemble de ces sujets, mais pour un regard différent, voir sur ce site  le texte  de Jean Bruguier : "Une place pour tous et pour nos rêves aussi"  ainsi que celui de   Denis Garnier, président de Démographie Responsable :  Populationnisme versus Planification Familiale, publié sur le site : Le Cercle des Echos.  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Duval Raimbault richard 23/04/2012 14:24

si nos intellectuels de tous bords avaient un peu plus de connaissances mathematiques certains ne pourraient soutenir ces abberations du genre combien de femmmes capables pourront, voudrons avoir
des enfants ....
quand bien memes certaines hesiteraient sachons quand 2050 nous serons 10-11 milliard c a dire pratiquement deux fois plus qu aujourd hui donc deux fois plus de femmes aussi...
tous ces gens qui ne prennent pas cela au serieux sont des inconscients et des irresponsables si l humanite ne prends pas tout de suite cette grave menace au serieux (a moins d une catastrophe
planetaire) notre progression approximative(+ou- 10%)de la demon-graphie tout les 50 ans serait: 2050:10-11 Mi 2100:15-17 2150:23-25 2200:38-40 2250:58-60 2300:90Milliards?????
relisons Dante Allighieri .... L ENFER
EN TROIS SCIECLES on multiplierait la population mondiale par 11(+ou-)
Si cela ne vous dot rien ....?
je ne pretends pas dire la verite absolu mais croyez un esprit ouvert et cartesien comme celui de beaucoup d hommes et de femmes un facteur exponentiel ne ralentit jamais
bien a vous

je et nous devons considerer comme le probleme majeur de l humanite sa croissance demon-graphique
c un probleme mondiale hors frontiere hors societe hors croyance

je peux participer aux debats et a l exercice de comprehension necessaire aupres des interesses

Didier BARTHES 25/04/2012 13:20



Tout mécanisme de progression géométrique conduit à une catastrophe. Oui cela relève de mathématiques du niveau secondaire. C'est aussi le message que j'essaye de
faire passer sur ce site. Si le concept de croissance exponentielle vous intéresse, je me permets de vous renvoyer vers cet autre article : http://economiedurable.over-blog.com/article-16174697.html



Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche