Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 19:08

L'actualité de ces derniers jours, voire de ces dernières années, porte souvent sur le monde arabe et en particulier sur l'Égypte. En ce qui concerne ce pays, au-delà de la juste opposition à l'islamisme plus ou moins autoritaire qui s'y est installé, il faut savoir que l'instauration d'un régime laïque et démocratique ne changerait pas fondamentalement la donne.

En effet, la population égyptienne (84 millions d'habitants en 2013) vit sur un territoire de 1 million de km² : cela conduit à une densité de population de 84 habitants par km², ce qui semble faible a priori. Mais, du fait que 94,5 % du territoire est constitué de déserts, la densité de population égyptienne ramenée aux terrains ''vivables'' et/ou cultivables est en fait déjà supérieure à 1 500 hab. / km². Pour mémoire, le pays ''digne de ce nom'' (c'est-à-dire qui n'est pas une petite île – type Maurice – ou une cité-état – type Singapour) le plus densément peuplé du monde est le Bangladesh dont la densité de population n'est ''que'' de 1 100 habitants par km², avec pourtant les conséquences que l'on connaît (montée de l'islamisme et catastrophes naturelles ou industrielles récurrentes, dernière en date l'effondrement d'un immeuble-usine).

Selon les dernières projections de l'ONU (13/06/2013), la population égyptienne pourrait ainsi être de 135 millions d'âmes en 2100, ce qui conduirait à une densité de 2 450 hab. /km² (plus de deux fois la densité actuelle du Bangladesh) ! On voit ici la gravité de la situation actuelle et plus encore future.  

Il y a deux ans, au début de la ''révolution égyptienne'', plusieurs personnalités se sont exprimées sur le sujet. Parmi elles on peut citer le géopolitologue François Thual : "il y a une pression démographique qui a généré la misère", Youssef Courbage chercheur à l'INED : "Quand la population croît trop vite, ce sont les ressources qui diminuent proportionnellement par habitant", Boutros Boutros Ghali, de nationalité égyptienne et ancien secrétaire général de l'ONU de 1992 à 1996 : "Je dirais que les problèmes seront beaucoup plus importants parce que vous aurez dans les prochaines années 100 millions d'habitants sur 5 % du territoire égyptien" et Alexandre Adler "L'Égypte a d'abord un problème épouvantable : elle est aujourd'hui le pays le plus densément peuplé de la planète".  

Mais de quoi vit donc l'Égypte ? Selon un article de l'Express, antérieur à la révolution égyptienne, du canal de Suez qui rapporte 2 milliards de dollars chaque année, du pétrole de la mer Rouge et du gaz constitue une source de financement non négligeable, du tourisme (11 % du PIB) mis à mal par l'insécurité actuelle, mais aussi d'une aide au développement qui est considérable : plus de 2 milliards de dollars par an sont accordés par les États-Unis (en échange de la bienveillance du pays envers son voisin Israël) et au total, c'est 3 milliards que reçoit annuellement le pays, dont la moitié va directement au budget militaire... Au niveau alimentaire, il faut se souvenir qu'en 2008, le pays avait été frappé par les émeutes de la faim, entre autres du fait que l'Égypte doit importer 50 % de ses céréales et qu'elle en est d'ailleurs le plus grand importateur au monde (8 millions de tonnes)...  

Ce qui caractérise une crise malthusienne (c'est-à-dire une inadéquation population-ressource) au vingt-et-unième siècle est que l'on ne peut plus réellement s'en échapper, c'est une crise que les personnes concernées vont devoir subir pendant des décennies, seulement atténuées par l'aide internationale. La seule façon d'en sortir n'est envisageable que sur le long terme en mettant en place des programmes permettant de stabiliser la population sur une génération et ensuite de la faire décroître en douceur sur un terme encore plus long.  

Pour cela, il faudrait oser avouer à la population égyptienne l'origine fondamentale de son mal, à savoir son effectif, et lui demander de se contenter dès maintenant de 2 enfants par couple. Mais qui osera tenir un tel discours ? Le pouvoir en place ? Dans un article du Figaro daté du 21 juin dernier et intitulé "Égypte : les Frères musulmans prennent le risque de l'explosion démographique", la journaliste Delphine Minoui se demande si la surpopulation n'est pas "la onzième plaie de l'Égypte" et rapporte que les autorités risquent d'abandonner la politique de planification familiale pourtant mise ne place par Nasser et poursuivie par Sadate et Moubarak.  

La crise égyptienne en annonce d'autres, car les projections de l'ONU, régulièrement revues à la hausse, prévoient entre autres une multiplication par quatre de la population africaine. En particulier, parmi les onze pays les plus peuplés de la planète en 2100, en voici six suivis de leur population (en millions d'habitants) : Nigeria (914), Tanzanie (276), RDC (262), Éthiopie (243), Ouganda (205), Niger (200). On peut, malheureusement sans grand risque de se tromper, prévoir que ces pays ne manqueront pas, eux aussi, de faire l'objet de crises malthusiennes d'ici la fin de ce siècle...  

 

Denis Garnier, président de Démographie Responsable 

____________________________________________________________________________________________________

Cet article a été préablement présenté sur le site internet du Cercle des Echos. 

Voir également sur "Economie Durable" deux articles publiés à ce même sujet début 2011, au moment de la révolution égyptienne. 

Egypte : Quand le nombre fait le vent de la révolte  

Tunisie, Egypte, Algérie : Printemps des peuples ou début des crises ?   

Partager cet article

Repost 0
Published by Denis Garnier - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Patrick 02/09/2013 12:07

Crise Malthusienne en Égypte ?

C'est exactement la question que je me pose depuis les débuts de cette crise. Merci d'y avoir répondu !

Très bons articles sur ce blog.

Didier BARTHES 02/09/2013 16:42



Merci de votre soutien, oui c'est une question trop souvent négligée.



Dominique 29/08/2013 18:40

Un article sans doute prémonitoire. Les crises futures risquent d'en donner la preuve, à terme l'Egypte ne pourra gérer sa surpopulation, il serait urgent pour les Egyptiens de faire baisser leur
fécondité.

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche