Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 06:24

Nombre de dirigeants économiques ou politiques comme nombre de journalistes  et bien sûr de démographes balaient toute inquiétude relative à la croissance de la population mondiale. Ils appuient cette confiance en l'avenir sur un double constat :

-  La population planétaire serait en voie de stabilisation.  

-  Cette stabilisation serait encore plus proche que prévu du fait de la généralisation et de la vélocité inattendue du mécanisme de transition démographique (1). Une transition qui serait beaucoup rapide dans le reste du monde qu’elle ne l’a été dans les pays occidentaux.

Cette analyse, aussi optimiste que partagée, est hélas battue en brèche par l’ONU qui, pour la seconde fois en trois ans, vient de revoir à la hausse ses projections démographiques mondiales pour le milieu et la fin de ce siècle.  

Au cours des dernières années l’ONU a en effet publié trois études prospectives sur le niveau que pourrait atteindre la population de notre Terre en 2050 et en 2100 (études publiées en 2009, 2011 et 2013 sur des travaux menés les années précédentes)

Voici l’évolution de ces projections. J’ai retenu ici l’hypothèse moyenne, considérée comme la plus probable.  

 

Prévisions pour l’année 2050 :  

 

En 2009, l’ONU estimait que l’humanité atteindrait à cette échéance 9,15 milliards de représentants.

En 2011, revues à la hausse les prévisions s'élevaient à 9,3 milliards soit 150 millions de plus.

En 2013, nouvelle révision,  l’ONU envisage désormais 9,6 Milliards de terriens, soit 300 millions de plus que la révision précédente (2).

 

Notez que non seulement  les deux révisions vont dans le même sens, mais que de plus,  leur ampleur a doublé. La direction générale ne peut être plus clairement exprimée.

 

Prévisions pour l’année 2100

 

Pour la fin de ce siècle l’évolution des projections est évidemment cohérente avec les précédentes et confirme la tendance.

En 2011 l’ONU envisageait 10,1 milliards d’habitants.

En 2013 la projection onusienne s’élève  à 10,9  milliards.

 

Pour 2100, le réajustement porte donc sur 800 millions de personnes, soit plus du double du réajustement concernant les prévisions pour 2050.  Là aussi, même s’il faut regarder avec prudence toute prospective à long terme, le signal est  inquiétant, l’évolution va dans le mauvais sens et l’on voit mal dans ces chiffres ce qui pourrait valider l’hypothèse d’une accélération vers la stabilisation de nos effectifs.

Notez que l’essentiel du relèvement  viendrait de la zone sub-saharienne où la fertilité se maintiendrait à des niveaux plus élevés qu’on ne le pensait. On trouve également dans cette étude des prévisions aussi étonnantes que celle qui envisage qu’en 2100 la population du Nigéria soit « en passe de commencer à rivaliser avec celle de la Chine »  (la population chinoise devrait avoir baissé, il est vrai).  

L’expansion de nos effectifs n’est donc pas un problème réglé, ni même en voie sérieuse de règlement. Puissent peu à peu nos sociétés en prendre conscience.  

 

Voici le tableau synthétique de ces révisions (incluant ici les autres hypothèses de fécondité, haute et basse en plus de l'hypothèse moyenne).

 

 

    Evolution des prévisions démographiques mondiales de l'ONU 

                                                                                                                      (En millions d'habitants)

Années \ Hypothèses de fécondité

Basse Moyenne Haute
       
2050     (revision 2008)        8 000    9 100   10 500  
2050     (révision 2010)                  8 100            9 300      10 600     
2050     (révision 2012)        8 300   9 600  10 900 
       
2100     (révision 2010)        6 200  10 100  15 800 
2100     (révision 2012)  6 800  10 900  16 600 
       

Les prévisions de l'ONU ont été revues deux fois à la hausse en seulement deux ans. Les données ont été ici arrondies par nos soins à la centaine de millions la plus proche.

       

Source : site (très complet) de la Division Population du Département des Affaires Sociales et Economiques de l'ONU.

 

________________________________________________________________

(1) La transition démographique est le phénomène par lequel une société passe de taux élevés de fécondité et de mortalité à des taux beaucoup plus bas. Pendant cette phase, comme c’est le taux de mortalité qui est le premier à baisser, la population connait une période de forte expansion. Bien sûr, plus cette phase est courte, plus cette croissance peut être limitée.

(2) Un résumé (en anglais) des trois projections évoquées ci-dessus est disponble via les liens suivants :

Révision 2008, publiée en 2009

Révision 2010, publiée en 2011

Révision 2012, publiée en 2013

Vous trouverez également quelques éléments sur cette question dans cet article du Monde publié le 13/06/2013. Sur ce site même, voir : Les chiffres clefs de la population et La population mondiale au 1er janvier 2013.       

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Claudec 01/01/2014 08:47

Merci pour cette très intéressante synthèse et les pertinentes observations dont elle est assortie.

Qu'il me soit toutefois permis, quand vous écrivez : « Puissent peu à peu nos sociétés en prendre conscience. », de suggérer le remplacement de "peu à peu" par "aussi rapidement que possible" voire
par "d'urgence" . Nous ne disposons plus en effet que de 4 à 5 générations pour enrayer une tendance dont il suffit de considérer les désordres actuels pour en imaginer l'extension, l'accélération
et les effets irrémédiables.

Cordialement

En réponse à vos vœux, Bonne année 2014 !

Didier BARTHES 01/01/2014 13:54


Oui, vous avez raison, il y a bien urgence, plus nous attendrons plus les problèmes seront graves et difficiles à résoudre. Très bonne année à vous aussi.


teysseire 21/06/2013 09:03

Il est ahurissant qu'aucun politique, aucun écologiste( à part MEI) ne regarde les prévisions de l'ONU! Nous avons effectivement de quoi être très inquiets, des documentaires sur l'avancée des
déserts, les sécheresses à répétition, les réfugiés climatiques et les récents troubles sociaux dans de nombreux pays devraient pourtant donner un avant-goût de la vie à 10 milliards sur la
planète!

Didier BARTHES 21/06/2013 11:06



Oui en effet, et cela réfute un schéma trop classique selon lequel quelques personnes seraient conscientes du problème tandis que les gens 'haut placés"
l'ignoreraient ou bien le masqueraient. En réalité, plusieurs chefs d'états - africains notamment - sont parfaitement au courant des menaces liées à la surpopulation et, on le voit,
l'ONU elle-même tire la sonnette d'alarme. Son ancien dirigeant, Kofi Annan, avait d'ailleurs fait des déclarations en ce sens. Hélas, il semble que cela ne soit pas suffisant.



Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche