Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 12:41


    Que la maîtrise de nos effectifs constitue un élément clef de notre bonne gouvernance environnementale est une idée qui commence à faire son chemin en dehors même des cercles écologistes (surtout en dehors, parfois !)

    Ainsi, sous la plume de Diane Francis, le très sérieux Financial Post, dans son édition du 8 décembre dernier évoque directement la question. Les suggestions de Madame Francis vont même parfois au delà de nos propres positions (en particulier sur la politique chinoise de l'enfant unique).

 

 

   Vous pouvez découvrir cet article  via le lien :

                          http://www.financialpost.com/story.html?id=2314438



   Vous trouverez ci-dessous la version  française. 

   Tous nos remerciements vont à Madame Alice Garnier qui a bien voulu en assurer gracieusement la traduction.


" "La vérité qui dérange" et qui plane au dessus de la conférence de Copenhague de l'ONU n'est pas que le climat se réchauffe ou se refroidisse, mais que les humains sont en train de surpeupler la planète.

    Une loi planétaire, s'inspirant de la politique chinoise de l'enfant unique, est le seul moyen d'inverser l’actuel taux désastreux de natalité mondial qui est de un million de naissances tous les quatre jours.


    Les autres espèces de la planète, la végétation, les ressources, les océans, les terres arables, les réservoirs d’eau et l'atmosphère sont en train d’être détruits en raison de la forte augmentation du taux de reproduction de l'humanité.

    Ironiquement, la Chine, malgré ses centrales au charbon polluantes, est le leader mondial en termes de structuration des politiques de lutte contre la dégradation de l'environnement, grâce à sa politique de l’enfant unique.


    La logique de tout ceci est la suivante:


   - Si les femmes ne mettaient au monde qu’un seul enfant à partir de maintenant, la population mondiale passerait du niveau actuel de 6,5 milliards à 5,5 milliards en 2050, selon une étude réalisée pour l’académie scientifique de l'Institut de démographie de Vienne.


   - En 2075, il y aurait 3,43 milliards d’êtres humains sur la planète. Cela aurait des effets positifs immédiats sur les forêts du monde, les autres espèces, les océans, la qualité de l’atmosphère et les niveaux de vie.


   - Ne rien faire, en revanche, se traduira par une population " non soutenable " de neuf milliards d’êtres humains en 2050.


    Les humains sont peut être les seuls animaux rationnels mais ils doivent encore le prouver. Les progrès médicaux et les autres avancées scientifiques ont été bénéfiques en offrant des taux de mortalité infantile plus bas ainsi que la longévité. Tous deux sont les bienvenus, mais l'humanité n'a pas encore modifié en conséquence ses comportements pour tenir compte du fait que la planète ne peut accueillir autant de gens, en particulier si ces milliards de personnes possèdent des réseaux de chauffage et des voitures.

    Le problème est simple. C'est dramatique. Et pourtant les dirigeants du monde ne l’ont même pas mis à leur ordre du jour à Copenhague. A la place, il y aura des séances de photos, des poses, des bla-bla sur la science du climat et la fraude du réchauffement climatique, des déclarations sur des parcs éoliens géants et des subventions pour les marchés de permis d’émission de CO2.

   
    Mais rien de tout ceci ne fonctionnera si la politique chinoise de l'enfant unique n’est pas imposée. Malheureusement, elle rencontre de puissants adversaires. Les dirigeants des grandes religions fondamentalistes prêchent en faveur de la procréation et sont farouchement opposés au contrôle des naissances. Et la plupart des dirigeants politiques des économies émergentes perpétuent ce désastreux " Catch-22 " (Ndlr : dilemme inextricable): beaucoup d'enfants (de fils) permet d’éviter des souffrances résultant de l’absence de sécurité sociale ou de développement économique mais empêche également ces protections ou ce développement.

 
    La Chine a prouvé que la limitation des naissances est une politique intelligente. Sa classe moyenne se développe, tous les citoyens disposent d'un logement, de soins de santé, d'éducation et de nourriture, et le cinquième de l’humanité qui y vit n’est pas responsable de la surpopulation de la planète.

   
    Pour ceux qui rechignent à l'idée que les gouvernements doivent contrôler les tailles des familles, attendez jusqu'à ce que la population humaine ait doublé, que la surface des pâturages  se soit transformée en désert ou jusqu’à ce que l’Amazonie soit détruite, que les éléphants disparaissent et qu' éclatent des guerres pour l’eau, les ressources limitées et les besoins en territoire.


   Le problème est que les sujets qui vont être discutés à Copenhague ne sont pas les bons.

 

    La seule solution est que tous les pays réduisent drastiquement leurs populations, remédient à leurs désordres et imposent des mesures de conservation obligatoires ".





Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES, traduction: Alice GARNIER - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche