Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 20:47


    Ce mot de Blum au lendemain de la victoire du Front Populaire me vient naturellement à l’esprit à propos du sommet de Copenhague.

    Douze ans après Kyoto, Copenhague, c’est d’abord une victoire. Victoire de la reconnaissance de l’urgence écologique avec une mobilisation sans précédent des sphères politiques et civiles. Et cette mauvaise conscience qui nous étreint tous après l’échec, politiques, ONG, simples citoyens, c’est aussi une victoire, un sentiment impossible à imaginer il y a 20 ans. Bref, il y aura un avant et un après Copenhague.

 

 


    Copenhague, c’est aussi une clarification.

 


    Clarification avec les réticences mises sur la table par les USA, grand pays démocratique qui ne sait pas comment convaincre ses citoyens de consommer et vivre un peu sobrement, eux qui pourtant disposent de marges de manœuvre considérables du fait d’un mode de vie écologiquement abracadantesque.

   Clarification avec le refus de la Chine, grand pays autoritaire, d’envisager un contrôle des engagements derrière lequel se dessine une Organisation Mondiale de l’Environnement.

 

   Clarification d’ordre plus général avec les réticences de tous les pays à s’engager à la hauteur de ce qu’exige la situation, et même les plus apparemment vertueux : comment croire que la baisse de 20% sur les GES en dix ans à laquelle s’engage l’Union Européenne prépare sérieusement une division par 4 d’ici 2050 ?

 

 
    En quoi ces trois points constituent-ils une clarification ? Tout simplement parce qu’à travers leurs réticences à s’engager sous contrôle d’une instance internationale à réduire fortement l’empreinte écologique de nos sociétés, les dirigeants de la plupart des pays expriment leur sentiment quant à la difficulté à atteindre cet objectif.

 

  
    Le greeenbusiness qui sauve nos emplois et la croissance, les villes qui se mettent à nouveau à sentir bon tout en se chauffant au soleil, la douce animation d’une campagne verdoyante par les pales en mouvement des éoliennes, tout cela n’est pas faux mais tout cela a la véracité d’une publicité.

 


    Car derrière les engagements qu’il faudra prendre un jour, il y a une autre réalité : la nécessité de réduire de façon drastique nos déplacements, le besoin d’accorder dans nos dépenses une part bien plus grande à l’alimentation et au logement (et corrélativement une baisse des autres consommations), l’obligation sans doute de réapprendre le poids de la rareté, une attention renouvelée à notre poids démographique. 

    Dans ‘économie’, ce mot qui nous gouverne, il y a ‘économe’ et nos démocraties qui se sont construites concomitamment à la révolution industrielle et à une consommation sans cesse accrue de biens matériels n’ont historiquement aucune expérience de promotion d’une vie plus sobre. On conçoit mieux alors la peur des politiques à s’engager réellement, eux qui devront pour la plupart affronter le suffrage universel dans 1, 2 ou 3 ans au plus tard.

 

 
    Si Copenhague a contribué à déchirer le voile qui masquait les efforts à faire et les difficultés à les orchestrer, alors Copenhague n’aura pas été inutile.

    Pour que les prochains sommets de Bonn ou de Mexico ne soient pas l’objet d’accords a minima forcément insuffisants, il faut que perce un langage de vérité sur la sobriété qui soit entendu et relayé par les opinions. Evidemment celles des pays riches, mais aussi celles des pays dits émergents. Tourner le dos à la facilité et à la démagogie, affronter les obstacles ici et maintenant et sans attendre de miracles technologiques.

 


     Après presque 40 ans de dénégations de ruses et de faux-fuyants*, l’idée de l’écologie s’impose comme le problème mondial du siècle en cours : les difficultés commencent. Enfin ! 

 

* Dés le début des années 70, de nombreuses personnalités et le mouvement écologique d’alors avaient annoncé que la poursuite de la société de consommation aboutissait à une impasse, et préconisé des changements radicaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean BRUGUIER - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche