Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 09:48

Foret--il-etait-une--film.jpgAbandonnons un instant l’écologie politique, l’écotaxe et les débats internes à nos « verts » pour revenir au fondamental : s’émerveiller devant la nature et découvrir quelques-uns de ses mystères.

C’est ce que nous propose Il était une forêt, le film de Luc Jacquet qui met en scène les étapes de la reconstitution d’une forêt primaire et certaines des extraordinaires interactions entre les arbres ou entre eux-mêmes et les animaux.

Si l’idée est excellente, l’impression reste mitigée sur le plan technique.  Les images n’ont rien d’exceptionnel et l’on ne saurait reprocher à ce film  un esthétisme envahissant. L’ensemble, malgré la fixité obligée des acteurs aurait pu être beaucoup plus impressionnant. On regrettera surtout l’introduction quasi permanente d’images de synthèse. Ainsi la levée des jeunes pousses, mais aussi l’émission des messages chimiques par les plantes sont-elles systématiquement représentées par des sortes de dessins animés dont on se demande ce qu’ils viennent faire là. Quand on aimerait se plonger dans la nature, ils nous ramènent toujours à l’artifice et détruisent toute magie. Pour la croissance de la végétation par exemple, l’utilisation, bien que classique, d’images en  accéléré aurait été largement préférable. Sans être désagréable, la musique omniprésente n’a guère sa place ici quand les bruits de la forêt nous auraient tellement mieux plongés dans ses envoûtements. Ce film construit autour de la tendresse évidente et touchante du botaniste Francis Hallé pour les arbres pose un problème : on ne se sent presque jamais au cœur de la forêt. Le message est sincère mais il est dit trop sobrement et ne dégage pas la poésie qu’on pouvait en espérer même si l’on ne peut qu’être fasciné par le terrible figuier étrangleur.

Le volet documentaire aussi est un peu léger. Quiconque a lu les ouvrages de Jean-Marie Pelt n’apprendra pas grand chose sur la question et l’on aurait aimé plus d’exemples de l’extraordinaire sophistication des communications inter végétales. Quoiqu’évoquées plus largement, les milles astuces de la dissémination des graines par les animaux auraient, elles-aussi, gagné à être multipliées et détaillées.

Pour les enfants ce film constitue par contre une excellente initiation d’autant, que le message principal, s’il pouvait être entendu, rattraperait à mes yeux toutes les petites imperfections du film. Protéger la nature ce n’est pas prendre des mesures compliquées, c’est juste lui laisser de l’espace et du temps. C’est apprendre à partager le monde avec le reste du vivant. Francis Hallé et son immense amour de la forêt nous dit là une chose très juste.

____________________________________________________________________

Il était une forêt, un film de Luc Jacquet avec Francis Hallé. Jean Luc Jacquet est également le réalisateur de La marche de l’empereur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Biodiversité
commenter cet article

commentaires

Voyance gratuite 22/11/2013 09:54

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable .j'ai bientôt quatre vingt printemps et je passe du temps vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et
encore merci.

Didier BARTHES - Jean-Christophe VIGNAL 22/11/2013 12:16



Merci à vous.



Claudec 19/11/2013 21:33

Le pire ennemi de la forêt est l'homme. C'est avec lui qu'elle partage, sur la planète, un espace qu'ils se disputent âprement. Or cet espace ne peut que se réduire au profit de celui qui – de plus
en plus nombreux – manie la tronçonneuse.
Pour approfondir cette réaction lire : https://docs.google.com/document/d/1_Ck45CwJdgqxmX-OlcUkhMOnTXaHkZqnSMhIxbYvKXs/edit

Didier BARTHES 27/11/2013 08:39



Oui en effet. De façon plus générale l'Homme s'est installé dans le rôle d'ennemi de la nature. Le premier des combats des écologiste est donc de faire sortir
l'humanité de cet engagement. De lui faire comprende qu'elle fait partie de la nature, que la nature est magnifiuqe et que nous devons la respecter (et pas seulement pour des raisons d'ordre
"intéressé"). Nous devons changer notre philosophie, ce n'est pas gagné.



teysseire 19/11/2013 19:01

C'est bien dommage que ce film ne soit pas tout à fait à la hauteur. J'irai le voir quand même et il faut espérer qu'il aura du succès afin que son message d'amour et de respect pour la nature se
diffuse largement!

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche