Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 07:15

 

  Pourquoi la France ? Parce qu’elle est notre pays et que nous en sommes responsables … même s’il faut reconnaître que le chemin suivi, hormis peut-être le choix massif et persistant du nucléaire civil, n’a guère été différent de ceux des pays comparables.

 

  Pourquoi parler des quarante dernières années ? Simplement parce qu’un désir de retour à la nature et la révolte contre la société de consommation ont éclaté à la fin des années 60, avec dans la foulée la publication d’une somme de réflexions et de rapports portée par un mouvement écologique naissant. Parce que depuis le début des années 70, il n’est pas possible pour un responsable politique ou un citoyen informé de n’être pas au courant de la rupture grandissante des équilibres de notre biotope. Bref, nous connaissions l’urgence écologique ; or qu’avons-nous donc fait depuis ?

 

  En apparence nous avons fait beaucoup de progrès.

 

  Sur le plan politique, un mouvement minuscule – rappelons-nous le 1% de René Dumont à la présidentielle de 1974 – est devenu la troisième force politique du pays, le ministère de l’écologie est devenu le ministère majeur, et le principe de précaution est même devenu un principe constitutionnel.

 

  Sur le plan économique, le concept de développement durable et son corollaire la croissance sélective sont partagés par l’ensemble ou presque des acteurs. La consommation des produits écolos ou bio poursuit une croissance ininterrompue depuis 30 ans. Et les produits énergivores sont dorénavant encadrés par des normes strictes, avec une fiscalité accompagnatrice comme sur les voitures.

 

  Quant aux media, pas un jour sans nous diffuser des émissions sur la nature, sans nous inciter à modérer notre consommation ou à modifier nos comportements.

 

  En un mot, le vert est partout, semblant dicter notre vie quotidienne.

 

  Mais qu’en est-il en réalité ?

 

  En quarante ans, nous avons :

 

  • liquidé l’immense majorité de nos agriculteurs, dépeuplé les campagnes et accentué le phénomène d’urbanisation-rurbanisation du territoire, au prix d’une agriculture fonctionnant au pétrole et aux intrants chimiques et d’une population banlieurdisée perdant ses repères à force de vivre hors sol,
  •  habitué nos concitoyens à payer de moins en moins cher leur nourriture tout en consommant de plus en plus de plats préparés industriellement et grand consommateurs d’emballage et de transport en tout genre, ceci aux fins de libérer à la fois du temps domestique et du pouvoir d’achat, 
  • ouvert la France sur le monde entier en matière de produits consommés, avec l’immense avantage de disposer immédiatement de produits manufacturés produits dans les pays pauvres donc moins chers pour nous Français, même si dans un second temps cela signifie la disparition ou la délocalisation d’une partie de notre appareil productif … une logique à courte vue mais belle et bien choisie par une majorité d’entre nous, comme un exemple parfait d’externalité négative ! Tout ceci au prix d’une part d’un développement considérable des échanges internationaux générateur de pollution et de déséquilibres, et d’autre part d’un chômage de masse qui nous rend d’autant plus addict à la croissance, pris que nous sommes dans un cercle vicieux …
  • massifié l’usage de l’automobile au point d’inscrire durablement son usage dans l’organisation de l’espace, en quadrillant le pays de voies rapides, de rocades et d’autoroutes, et en colonisant l’espace urbain, 
  • multiplié les départs en vacances et généralisé les voyages aériens, tout ceci étant bien agréable mais entre-autre grand pourvoyeur de CO2 pour la planète,
  • augmenté sensiblement la taille de nos maisons ou de nos appartements, oubliant de prendre en compte l’impact en matière d’emprise, de construction et de chauffage, 
  • encouragé tous les acteurs à disposer de plus de confort personnel sans souci des conséquences écologiques, que ce soit par l’usage de plus en plus d’objets, le chauffage des terrasses extérieures des cafés, ou le recours aux médicaments ou traitements comme la pilule contraceptive  responsable de la féminisation des poissons des rivières et de la disparition de certains d'entre eux ...
  • et fait croitre la population sur notre territoire de plus de 25%, ce qui suppose toujours plus d’espace à consommer pour l’habitation, la nourriture, les loisirs, au détriment des autres occupants du territoire, arbres, fleurs, animaux.

  

  Or, tout ceci a un impact direct sur notre empreinte écologique.

 

  Il faut le dire, la France d’il y a quarante ans, celle du début des années 70, même si l’écologie était une question marginale pour beaucoup, était bien plus écologique ! Autrement dit, nous n’avons pas seulement perdu quarante ans pour adapter notre pays au respect de notre biotope, nous avons aggravé de façon lourde notre impact sur le territoire que nous occupons tout en parlant de plus en plus ‘vert’. Et les Français d’aujourd’hui, au-delà de la maîtrise des mots de l’écologie et du développement durable, sont sans doute sur un plan pratique moins préparés que ceux d’il y a quarante ans à vivre en réduisant leur empreinte écologique.

 

  Concrètement nous nous pensons écolos en nous contentant d’une douche par jour, en recyclant nos bouteilles en verre, en achetant du lait bio et en prenant le TGV pour partir en week-end alors que l’empreinte que nous faisons peser sur notre biotope n’a jamais été aussi forte.

 

  Mais sommes-nous prêts à préparer nos repas à partir d’aliments non-transformés en y passant le temps nécessaire comme le faisait nos grands-parents ? A payer plus cher notre nourriture et notre logement afin que ceux-ci soient conformes à des normes bio ? A acheter moins de vêtements, moins de gadgets, moins de meubles ? A nous contenter de produits majoritairement locaux ? A garder nos télévisions, nos ordinateurs et nos téléphones au moins 10 ans ? A ne partir en vacances avec nos voitures qu’une ou deux fois par an à quelques centaines de km de nos domiciles ? A ne plus prendre l’avion pour visiter des pays lointains ou même un peu éloignés ? A ne pas avoir plus de 2 enfants par couple ? A changer de travail si nous travaillons dans un secteur qui doit décroître ?

 

  Sommes-nous prêts à vivre plus sobrement et à partager cette aventure ensemble ? Comment faire, comment passer d’une France de plus en plus anti-écologique dans la réalité de ses comportements à une France responsable ? C’est bien le défi des prochaines années et un axe de réflexion à la fois inconfortable et stimulant pour ceux qui veulent une terre vivante.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Bruguier - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

mike 17/05/2011 15:18


Bonjour,
Je suis très content d'avoir découvert votre blog. Je sens que je vais avoir de la lecture intéressante pour de nombreux jours ! Merci.
Mike.


Jean-Christophe VIGNAL 20/05/2011 11:04



Merci à vous de nous lire ... et de faire part à l'occasion de vos commentaires ou remarques ; vos observations sont bienvenues, que ce soit pour affiner une pensée, préciser un
raisonnement ou améliorer le blog.



Grégoire 27/04/2010 10:58


Je suis assez d'accord avec ce paragraphe "Concrètement nous nous pensons écolos en nous contentant d’une douche par jour, en recyclant nos bouteilles en verre, en achetant du lait bio et en
prenant le TGV pour partir en week-end alors que l’empreinte que nous faisons peser sur notre biotope n’a jamais été aussi forte".

Mais a quoi cette situation est-elle due ? Au fait que les médias et entreprises font "croire" que quelques gestes suffisent, au peu d'écho que recoivent les spécialistes... au manque d'action des
acteurs ? Le changement devra être radical et malheureusement, je ne le vois pas arriver...

Geoffroy de http://www.objet-publicitaire-ecologique.com


Jean Bruguier 05/05/2010 11:36



Bien sûr, il peut être tentant de rejeter la responsabilité sur les entreprises qui pratiquent abusivement un marketing écolo ou sur les média qui ne relaient pas
assez clairement les changements que nous devrions apporter dans nos vies quotidiennes ... il n'en demeure pas moins que nos sociétés ont fait collectivement le choix de la consommation à
outrance, et que si vous ne voyez pas arriver le changement radical dont vous parlez, c'est qu'il est difficile pour toute une société d'abandonner toutes ces facilités, voyages en avion,
voitures confortables, nourriture toute prête, vacances multiples et souvent lointaines, et tous ces objets qui se sont multipliés en moins de 20 ans au point de nous paraître indispensables,
facilités qui garantissent en plus une relative paix sociale.


 Le changement  pour une sobriété volontaire n'arrivera que lorsque dans nos têtes nous serons prêts ... ou quand nous n'aurons plus le choix à force de se
colleter aux limites de la planète. C'est l'objet de ce blog de participer, à sa modeste échelle, à cette prise de conscience.



Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche