Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 16:44

Au cours des dix dernières années l’homme civilisé s’est fait un nouvel ami : le  GPS ou Global Positioning systèm. Cet ingénieux procédé de localisation a su se rendre si indispensable que son usage militaire initial en est presque devenu anecdotique. Il est désormais dans notre quotidien (1). Avions,  bateaux, automobiles, téléphones portables, tout ce qui bouge a son GPS, les randonneurs et les cyclistes eux-mêmes, commencent à s’en équiper. Voyant un peu plus loin, les auteurs de science-fiction vont jusqu’à imaginer son insertion dans une micro puce sous cutanée qui permettrait à quelque Big Brother forcément bien intentionné, de connaître à toute heure, à toute seconde et au mètre près la position de chacun des dix milliards d’êtres humains que notre planète comptera bientôt. Quel progrès pour la sécurité ! Quel progrès pour la justice ! Quel progrès pour la productivité ! (2)

Cependant, malgré un goût marqué pour la géographie et une admiration réelle pour l’exploit technique que représente l’extrême sophistication de ce système (3), le GPS me parait avoir sa part d’ombre et jouer un rôle dans notre séparation croissante d’avec l’environnement.

On pourrait au contraire supposer que cette petite merveille qui situe son utilisateur par rapport au cadre naturel le plus évident, c’est-à-dire le sol de la planète, rapproche l’homme d’une perception plus vive du monde réel. En effet, et quoiqu’il ne présente pas toujours les résultats sous cette forme, le GPS pourrait réconcilier les hommes avec les concepts de longitude et de latitude, ou au moins plus largement, avec la cartographie. Chacun, grâce à lui, pourrait s’imaginer  dans la peau d’un explorateur digne des livres de Jules Vernes.

Las, il n’en est rien, tout au contraire.

Fini le plaisir pour le randonneur, carte IGN en poche, de deviner le terrain, d’associer les traits ou les détails de la carte aux réalités du monde, de suspecter l’ensoleillement ou de dessiner en lui-même les perspectives et les paysages au regard des seules courbes de niveaux, bref de se situer grâce à son intelligence et à son imagination : « Vous êtes là, ne cherchez pas, je pense pour vous » semble nous dire la petite boîte. Pareillement prise en charge, l’automobiliste a lui aussi tôt fait d’abandonner toute idée d’itinéraire. Il programme ses lieux de départ et d’arrivée et n’a plus qu’à choisir parmi d’autres, la voix la plus suave pour suivre la voie la plus courte.

Inutile pour lui de savoir que venant du nord il devra tourner à droite s’il veut aller vers l’ouest (4) le boîtier  pense et décide à sa place. « Tournez à droite dans 100 mètres, puis à gauche au rond-point...  ». Merveilleuse machine que vous pourrez contredire cent fois et qui jamais ne s’en offusquera (5). Par sa grâce, le monde se trouve réduit à un ensemble de vecteurs et de chiffres, présentés sur écran sous la forme de cartes simplifiées et de pictogrammes accessibles à notre esprit dessaisi afin de répondre instantanément à une demande pauvre mais pragmatique.

Par l’usage du GPS, l’homme abandonne toute vraie relation avec sa localisation, toute compréhension de son itinéraire, toute représentation mentale de la géographie et de son environnement. Il fait une confiance absolue au système, il lui demande un résultat sans se préoccuper du processus, en abandonnant dès l’instant toute maîtrise. De même qu’il n’est plus nécessaire de pêcher (de chasser, de cueillir….) pour manger, il n’est plus nécessaire de voir et de comprendre pour se déplacer. Nos machines ont supplanté nos muscles, elles supplantent maintenant notre cerveau sur un terrain de plus. Elles participent en cela à nous faire oublier le vrai terrain justement, celui de la planète. Elles nous éloignent de la matérialité du monde et cet éloignement dans toute ses dimensions est peut être la cause la plus profonde des problèmes écologiques. Nous ne respectons pas la nature et nous nous permettons de la détruire par ce que nous ne sommes plus en elle et n’y faisons plus attention. Nous n’avons plus avec elle que des relations médiatisées par une technologie dont nous avons même renoncé à comprendre le fonctionnement. Les économistes nous avaient déjà préparés à cette rupture en ne considérant dans le calcul des richesses que ce qui relevait du seul  travail des hommes, et en négligeant ce que la nature nous offrait. La technologie y a contribué plus encore en créant un cocon trop protecteur entre nous et les contraintes physiques du monde. Le GPS apporte une couche nouvelle, il est un vecteur de plus de cet éloignement, il constitue sous ses airs neutres et séduisants un symbole supplémentaire de notre divorce avec la nature.  

_______________________________________________________________   

(1) En particulier depuis que les autorités militaires américaines, après quelques atermoiements, aient, en l’an 2000, accepté de supprimer le brouillage qu’elles imposaient jusqu’alors pour interdire à d'autres puissances l’usage du GPS à des fins militaires. Ce brouillage limitait la précision de la localisation à 100 mètres environ. Aujourd’hui celle-ci atteint couramment moins de 10 mètres.

(2) Hélas, le point d’ironie manque  à la ponctuation.

(3) La prise en compte par exemple des effets relativistes est tout à fait impressionnante, il en est de même de l’analyse de troubles de la conduction des ondes électromagnétiques dans la haute atmosphère.

(4) Cette logique toute simple avait, il est vrai, déjà été mise à mal par les abominables échangeurs autoroutiers susceptibles de troubler le sens de l’orientation le plus aiguisé.

(5) Du moins jusqu’à ce que d’ingénieux informaticiens conseillés par de tout aussi ingénieux psychologues considérant la nécessité de mettre un peu d’humain dans l’affaire n’insèrent  dans les logiciels de synthèse vocale des remarques acerbes sur l’incompétence du conducteur. On peut évidemment broder à l’infini sur ce thème, jusqu’à simuler les plus subtiles scènes de ménage entre la machine et son propriétaire, laissant vite de côté l’origine cartographique du conflit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

teysseire 12/07/2014 08:58

C'est tout à fait juste ce que vous dites! le GPS supprime le risque de se perdre et c'est bien dommage. Se perdre, chercher, demander aux "indigènes", retrouver sa route, c'est un autre rapport à
la vie et à l'environnement que d'être quasiment télétransporté.Nous allons vers un monde où l'on ne peut plus se perdre. Où l'on ne peut plus se cacher. Un cauchemar!
Cela me fait penser aussi à tous les gadgets qui sont censés aider la conduite et qui deviennent peu à peu indispensables, comme les radars de recul ou la voiture qui fait les crénaux toute seule
.La conduite, l'intelligence de son maniement ne nous appartiennent plus. Dans les années 60, Jean Yanne(un vrai grincheux) avait imaginé une histoire d'anticipation où les humains à force de vivre
dans leur voiture avaient muté: un gros ventre, de toutes petites jambes inutiles et une grosse tête. Sa seule erreur c'est la grosseur de la tête. Une tête, pourquoi faire?

Didier BARTHES 12/07/2014 11:53



Tandis que certains ne jurent que par le développement durable, la croissance verte, et autres  technologies vertes et voient en cela la promesse d'un monde
plus riche, d'autres, selon moi plus lucides, pensent au contraire que toutes ces technologies en se substituant à notre intelligence et à notre perception, conduisent à l'appauvrir. Dans ce
cadre il n'est pas exclu que la tête fasse les frais du prochain plan d'économie. Les révolutions décapitent les rois, la technologie décapite tout le monde.



Claudec 09/07/2014 19:35

Toujours rafraîchissant de voir que certains sont encore capables de mettre en cause ce que la multitude adopte avec trop souvent un empressement bannissant tout esprit critique et en oubliant
qu'il n'est pas de médaille sans envers.
D'autant que cela n'empêche pas de vivre avec son temps.
A souligner au passage l'origine, une fois de plus militaire, sinon de la technologie (quoique) du moins de son application. Pour la petite histoire, il faut savoir qu'à sa naissance, la
localisation par satellite avait pour référence quant à sa précision, le diamètre de la fusée Polaris.

Didier BARTHES 11/07/2014 10:45



De réel le monde est en train de devenir numérique et trop peu semblent mesurer le poids de ce changement. Nous le mesurerons quand la réalité matérielle reprendra
le dessus ce qui est à terme inévitable.



Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche