Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 16:04

Il est courant que les caprices de l’atmosphère soient accusés de nuire à la qualité de l’air. Ainsi chaque fois qu’une inversion de température ou qu’une absence de vent empêche l’évacuation des fumées parisiennes, c’est la météo qui est déclarée responsable de la pollution ! A cet étrange raisonnement nous étions habitués, mais ce matin une nouvelle étape a été franchie.

Ce 5 janvier, sur une grande radio, RTL,  mais l'information a été ensuite été relayée par d'autres médias, nous apprenions que la pluie menaçait la Grande Barrière de Corail, au large des côtes australiennes. A peine le temps de se demander par quel mécanisme les gouttes d’eau allaient éroder les précieux coraux que l’explication limpide fut donnée par la journaliste : Les pluies allaient entraîner vers l’océan les pesticides et autres produits délicats que les hommes avaient épandus sur les terres !

La nature ne fait vraiment aucun effort ! Comment pourrons-nous sauver l’environnement si elle n’y met pas un peu du sien et s’acharne ainsi à s’autodétruire ? Les écologistes sont les avocats d’un client bien difficile !

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche