Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 15:04

 

 

Sept milliards d’hommes aujourd’hui – Dix milliards demain – Amélioration de l’efficience du secteur alimentaire – Limiter les écarts de revenus – Agriculture biologique – Rêve progressiste – Planète saturée – Monde trop plein – Pluie de cygnes noirs – Démographie, variable d’ajustement – Vita Povera – Respect de la vie

Paul Aries - Nassim Nicholas Taleb - Jean Ziegler

  Ourse et ses oursons

                                                                                           La valse des oursons (1)

Sept milliards d’hommes aujourd’hui, neuf ou dix demain. Même les intellectuels engagés, critiques et irrévérencieux, de Paul Aries à Jean Ziegler, ne s’en émeuvent pas et vont jusqu’à considérer que « c’est bien que la planète se peuple » (2), généralisant ainsi la joie d’ordre privé qui accueille tout enfant dans une famille heureuse à un bonheur collectif fondé sur la poursuite de l’accroissement du nombre d’hommes sur terre. Pour prendre cette marche vers les dix milliards en 2050 comme un évènement positif, ils s’appuient sur un raisonnement qui a sa logique alors que de plus en plus de personnes s’interrogent sur la capacité de notre planète à supporter un nombre toujours plus grand d’humains.

D’abord notre organisation de production et de distribution alimentaires est peu efficiente, avec des pertes pouvant être évaluées entre 30 et 40%, entre les récoltes qui pourrissent sur pied faute d’un stockage fait à temps par manque d’engins ou de silos disponibles, les points de vente qui détruisent les aliments dont la date de péremption est dépassée, ou encore les pertes dans nos frigos au niveau du consommateur final. N’oublions pas non plus l’agriculteur qui, du fait d’un effondrement des cours, a un intérêt économique évident à ne pas récolter quand le seul coût de la cueillette est supérieur à son prix de vente.

Ensuite il y a les écarts de revenus au niveau mondial qui font qu’un milliard d’entre nous consomme de la nourriture plus que de raison tandis qu’un autre milliard ne mange pas à sa faim. Comment alors ne pas penser que moins de calories, moins de régimes carnés dans les pays riches et une meilleure distribution des richesses ne suffiraient pas à éradiquer la faim dans le monde, aujourd’hui comme demain ?

Ajoutons à ces deux arguments l’idée d’augmenter les rendements agricoles en s’appuyant sur la recherche d’une part et sur des investissements plus conséquents. Et pour soulager la conscience écologique de tout un chacun qui s’inquiéterait des conséquences d’une poursuite d’une agriculture agro-chimique, un rapport de la FAO de mai 2007 (3) énonce que l’agriculture biologique pourrait nourrir 9 milliards d’hommes en 2050, aux conditions d’utiliser de bonnes pratiques et de refonder les mécanismes d’échanges internationaux de produits agricoles.

En résumé, si l’humanité, ce beau mot cher à Jaurès, combat suffisamment bien les inégalités de richesses dans les décennies qui viennent et améliore sensiblement son organisation en matière de production agricole, alors rien n’est impossible et dix milliards d’hommes pourront demain manger à leur faim.

L’affaire est donc une question de volonté politique. Et il est alors aisé de comprendre l’enthousiasme d’intellectuels comme Aries ou Ziegler, qui espèrent que nécessité fera loi et que nous les hommes tenons ici un levier puissant pour faire bouger le monde dans le sens du combat pour la justice qu’ils mènent passionnément depuis des années.

Et si tout cela ne suffisait pas pour nous rassurer, les démographes dans leur ensemble nous disent que nous allons vraisemblablement assister à une stabilisation de nos effectifs dans la seconde partie de ce siècle. En quelque sorte dix milliards, au maximum douze, seraient bien un optimum pour notre espèce, grosso modo compatible avec les capacités de notre planète.

Il est difficile de troubler cette vision des choses qui s’enracine dans le rêve progressiste qui anime tant d’entre nous.

Bien sûr un monde de dix et même douze milliards d’humains est possible. Mais sachons-le, le monde qui se dessine ainsi, un monde couvert de fermes pour manger, d’usines pour nos outils et nos objets, et de villes pour nous abriter, est un monde nouveau, complètement centré sur un homme dépendant de réseaux de toutes sortes, un monde plus égalitaire sans doute, plus contrôlé sûrement. Et peut-être pas durable ?

Car tout ce raisonnement, qui contribue à exclure la question démographique des variables d’ajustement sur lesquelles nous pouvons jouer, s’appuie sur l’ignorance de faits avérés et sur des tendances dont les effets se contredisent.

Le fait avéré majeur, c’est que notre planète est saturée. Déjà et vraiment. Il suffit d’écouter pendant une semaine des émissions de télévision grand-public pour apprendre là l’acidification des océans, ici la crise dans les deltas générée par les pollutions industrielles en amont et par la présence des barrages qui retiennent les sédiments, ailleurs le désert qui avance, ou encore la salinisation des sols qui progresse, sans oublier la croissance des gaz à effet de serre qui s’accentue malgré nos beaux discours. Ce ne sont plus des faits isolés que l’on peut combattre ponctuellement en agissant pour sauver une espèce en danger, c’est une pluie de cygnes noirs pour parler comme les spécialistes des théories des catastrophes (4) .

Le raisonnement qui consiste à ne pas s’inquiéter de notre évolution démographique, outre qu’il oublie quelque peu la saturation du monde, appuie aussi son optimisme intrinsèque sur des tendances qu’il suppose rassurantes, comme la volonté des femmes de mettre moins d’enfants au monde lorsqu’elles sont instruites. Ce lien entre instruction des filles, travail des femmes hors du cercle familial et baisse de la natalité est corroboré par tous les démographes et économistes. Mais comment ne pas voir que cette évolution va aussi de pair avec l’urbanisation du monde et la disparition des cultures rurales parcimonieuses, forcément parcimonieuses. Et que cette urbanisation décuple les besoins : les hommes et les femmes qui vivent en ville ont par exemple des consommations d’eau qui se rapprochent du modèle occidental, sans commune mesure avec l’utilisation parcimonieuse qui était la leur dans leur village. Autrement dit, on ne peut sérieusement se réjouir d’une tendance à voir les femmes du tiers monde ou des pays émergents scolarisées, intégrées par leur travail dans l’économie-monde et maitrisant leur fécondité, sans aussi prendre en compte le fait que leur nouveau mode de vie, souvent plus urbain, va les précipiter dans un modèle de consommation bien plus conséquent. Dans ce siècle, au vu de l’inertie liée aux pyramides des âges, il y aura peut-être un peu moins d’enfants en nombre absolu mais une demande en consommation décuplée du fait du passage accéléré à un mode de vie urbain de plusieurs milliards d’humains. Comment ferons-nous avec 50% d’hommes en plus alors que notre planète touche déjà ses limites avec sept milliards ?

Cette question est souvent abordée sous l’angle de la faim, certains allant jusqu’à prédire que le XXIème siècle sera le siècle de la faim. Après tout, il est normal que la question de la faim, au vu d’un passé de disettes et de famines qui a marqué douloureusement dans leur histoire tous les pays du globe, soit la question que l’on se pose quand la population humaine fait plus que tripler en un siècle (1950-2050). Mais est-ce ainsi que la question se pose ?

On aurait envie de dire oui pour croire à un avenir facile, pour échapper à la qualification de frileux et de malthusien. Se focaliser seulement sur la nourriture peut laisser croire que bien organisés et plus justes au sens où l’entendent Paul Aries ou Jean Ziegler, il nous est possible de vivre à dix ou douze milliards sur Terre. C’est d’abord oublier que les gains que nous pourrions faire en efficience risquent d’être largement contrebalancés par les conséquences de la dégradation écologique à laquelle nous assistons déjà, avec une détérioration constatée des rendements agricoles. C’est ensuite oublier que la non-autosuffisance alimentaire de territoires entiers supposera à la fois des transferts économiques gigantesques n’allant pas sans poser problèmes (5), et très matériellement des transports physiques de marchandises eux-mêmes fortement consommateurs de ressources. C’est encore oublier que les hommes ne font pas que manger, qu’ils ont d’autres besoins, d’autres envies, et que leur réalisation consomme aussi des ressources. C’est surtout oublier que le monde ne peut se contenter durablement de n’être qu’un grand champ tourné vers l’alimentation des hommes avec une usine à son bout pour fabriquer les objets dont nous aurions besoin pour nous distraire pauvrement et pourquoi pas égalitairement, enfermés que nous serons dans un coin de nos métropoles. Et il n’y a pas que l’homme sur Terre. Inutile ici, aux fins de disqualification de la remarque, de parler d’écologie punitive qui oublierait l’homme pour lui préférer la nature : ce que l’écologie nous a appris, c’est que l’homme est un élément dans un système, dans un écosystème, et que l’homme ne se portera bien que si cet écosystème fonctionne durablement avec un minimum d’équilibre.

A sept milliards nous quadrillons déjà notre Terre et nous l’avons mise en coupe réglée, obsédés que nous sommes par la satisfaction de nos besoins et les équilibres sociaux de nos sociétés. Et pourtant, malgré des prélèvements massifs sur notre biotope et la consommation de ressources absolument non-renouvelables à l’échelle humaine, nos sociétés connaissent la forte injustice, la détresse, et encore la faim ; elles s’appuient continument sur des logiques de fuites en avant et ainsi ajoutent aux précédents maux une inquiétude fondamentale sur notre avenir. Alors il est aujourd’hui possible de penser que jouer aussi sur notre nombre en essayant d’enrayer une croissance à venir de 50 % d’hommes n’est pas frileux ou réactionnaire ou anti-humain. C’est simplement ne plus confondre la beauté de la vie qui naît et la multiplication exagérée d’une espèce au détriment de tout l’écosystème qui l’abrite depuis la nuit des temps. C’est tout simplement ne pas instrumentaliser un surnombre d’hommes pour tenter de faire advenir une société moins inégalitaire que les luttes sociales ont jusqu’ici échouée à réaliser, en croyant à une logique de la nécessité bien incertaine : rien ne nous dit que le chaos ne l’emporterait pas. C’est tout simplement ne pas s’interdire de jouer sur un levier longtemps tabou pour préserver – ou plutôt reconquérir - un monde viable et agréable pour tous (6).

Et ce n’est évidemment pas le seul levier, le seul combat à mener, la solution qui nous exonérerait d’autres batailles, d’autres efforts : même moins nombreux nous devons nous diriger impérativement et à marche forcée vers un mode de vie sobre et techniquement efficient, une ‘vita povera’ qui donne toute sa place à une vie moins matérialiste et plus harmonieuse, tournant le dos à l’exploitation de l’homme par l’homme, délaissant des espaces sauvages où nous ne ferons que passer avec des semelles de vent, où notre empreinte sera légère, où la vie des plantes et des animaux se régulera sans nous et s’épanouira. Pour que tous sur Terre aient leur place et nos rêves aussi.

__________________________________________________________________________________

(1) : Cliché, source :  Le Figaro. ‘La valse des oursons’. Ce très beau cliché animalier a été pris dans l’un des derniers paradis pour ours bruns, le Parc national de Katmai, à l’ouest de l’Alaska. Thomasd.Mangelsen/Abacapress.

(2) : Cette phrase ô combien significative a été prononcée ‘à la volée’ dans une ambiance d’une unanimité assez marquée, pendant l’émission de Frédéric Taddéi Ce soir ou jamais le mardi premier novembre 2011, où étaient invités notamment Paul Aries et Jean Ziegler. Les participants ont été jusqu’à évoquer le risque d’une implosion démographique dès la seconde partie de ce siècle tant toute décroissance en la matière les terrifie.  

(3) : FAO, Rapport de la Conférence internationale sur l’agriculture biologique et la sécurité alimentaire, Rome, 3-5 mai 2007.   

(4) : Cf. Le Cygne noir, la puissance de l’imprévisible, Nassim Nicholas Taleb, éd. Les Belles Lettres. Septembre 2008.  

(5) : Un pays comme le Nigeria devrait tendre selon les projections des démographes vers le demi-milliard d’habitants à la fin de ce siècle. Comment croire que ce pays pourra alors répondre aux besoins, même limités à l’essentiel, de ses concitoyens sans des échanges massifs avec l’extérieur. Et qu’exporteront-ils pour équilibrer leur balance commerciale ? Avec tout l’optimisme de la volonté possible, on est toutefois pris de vertige devant l’immensité des difficultés entrevues. Et le Nigeria n’est qu’un exemple parmi d’autres.

(6) : Après tout, est-il si indécent de considérer notre nombre sur Terre comme une variable d’ajustement possible pour faire face à la crise écologique que nous connaissons ? On peut le dire autrement : à l’ère de l’anthropocène, la maitrise de l’homme par l’homme est-elle impensable ? La violence des réactions à la question démographique, son étouffement aux prétextes d’anti-humanisme et d’extrême-droitisme est quelque peu hallucinante. Rappelons simplement que le mouvement écologique abordait frontalement et ouvertement la question dès la fin des années soixante. Que cache donc cette aversion ? Une soumission consciente ou non à des exhortations religieuses ? Une croyance aveugle et naïve dans le Progrès, ce qui nous permettrait de transgresser hardiment les limites connues de notre biotope ? Le refus de poser des limites à l’homme ? Ce qui dans ce cas ne pourrait être alors qu’une négation des principes même de l’écologie. Ce débat n’est pas que théorique : ne perdons pas de vue que nous sommes collectivement engagés dans une nécessaire transition écologique et que nous aurons besoin de toutes nos forces et de toute notre intelligence pour la réussir ; dans ce cadre tous les leviers humainement acceptables sont à considérer. Il n’est plus temps d’avoir des tabous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Bruguier - dans Démographie
commenter cet article

commentaires

René Varenge 08/11/2011 11:56


Excellente analyse sur la démographie et l’incertitude d’un avenir durable.
Il est facile de dire que la démographie va se stabiliser vers 2050, c’est tout simplement de la lâcheté, c’est reporter les problèmes, en les amplifiants, sur le dos des générations futures.
Et une question me vient toujours à l’esprit : Si la Terre peut nourrir 12 milliards d’habitants que fait-on lorsque ce nombre limite est atteint ? on se pousse un peu pour en ajouter encore ou
alors on se limite ?


Manso 08/11/2011 08:03


Excellent plaidoyer pour un monde où les êtres humains vivraient en harmonie avec la planète et auraient donc une chance de survie sur le long terme. L'émission de "Ce soir ou jamais" dont il est
question a tellement brillé par sa pensée unique et son manque de pluralisme qu'un fil de discussion a été ouvert sur le sujet.
http://forums.france3.fr/ce-soir-ou-jamais/Participez-aux-debats/milliards-consacree-emission-sujet_6399_1.htm


Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche