Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 12:20

 

Pour une vie plus écolo au quotidien !

 

 

Ce que vous pouvez faire, de façon simple avec les 10 propositions suivantes, pour mieux vous nourrir tout en limitant votre empreinte écologique.

 

Quand vous mangez chez vous :

 

  • Manger beaucoup de fruits et légumes bio, choisis en fonction de la saison et de leur proximité de production ; vous pouvez les acheter via des ‘amap’ ou dans des réseaux commercialisant du bio, comme les biocoops. N’hésitez pas à consommer des légumes secs, économiques à l’achat comme les pois-chiches ou les lentilles ; dans le même ordre d’idée, pensez aussi aux graines germées.

 

  • Prenez le temps de préparer vos repas. Cela vous évitera d’acheter des plats tout préparés souvent coûteux, généralement trop salés et à fort impact en matière de d’emballage et de transport notamment, sans compter la chaine du froid énergivore pour les plats surgelés.

 

  • Réhabilitez les céréales, notamment les anciennes comme l’épeautre plus riche en protéines, mais aussi en magnésium, en zinc, en fer et en cuivre que son "grand frère" le blé, ou l’engrain à faible teneur en gluten : employées judicieusement elles ne font pas grossir. Pour les petits déjeuners ou les goûters, n’oubliez pas la tartine de pain bio, c’est bon simple et moins coûteux que les biscottes et autres produits vendus dans les linéaires des hypermarchés.

 

  • Si vous n’êtes pas végétariens, vous pouvez limiter votre consommation de viande à 2 fois par semaine et privilégier les viandes blanches bio comme le poulet ou le canard.

 

  • Si la nourriture bio est chère pour votre budget, préférez limiter votre budget ‘boissons’… en préférant l’eau tout simplement ! Vous pouvez aussi réduire et même supprimer l’achat de desserts préparés industriellement en vous habituant vous et votre famille à terminer le repas sur un fruit tout simplement plutôt que sur une crème glacée. Eviter aussi les yaourts aux fruits aux compositions incertaines, mettez un peu de confiture dans votre yaourt nature, vous saurez ce que vous mangez et en plus c’est moins cher.

 

  • Pour vos cafés, refusez l’emploi de capsules d’ailleurs chères ; même si le café garde mieux son arôme, l’impact écologique est trop important. Par contre faites le difficile, achetez du café bio et équitable.

 

  • Dans la mesure du possible, essayez toujours d’utiliser directement les matières premières ou prenez les produits les moins travaillés. Plus vous remontez la chaine alimentaire, plus vous la maîtrisez !

 

  • Dans votre cuisine, privilégiez les ustensiles en inox (évitez par précaution celles en aluminium ou avec du téflon), et aérez attentivement si vous utilisez le gaz comme mode de cuisson.

 

  • Pour vos déchets alimentaires, essayez de les composter si vous avez un jardin, ou utilisez un lombric-composteur si vous êtes en appartement.

 

Et si vous êtes hors de chez vous  mais dans le cadre d’un restaurant d’entreprise, groupez vous avec quelques collègues pour demander des menus bio.

 

 

 

Avec ces éco-gestes,

 

  • vous limitez les transports aérien et terrestre de marchandises en privilégiant l’économie locale,
  • vous favorisez une agriculture de proximité respectueuse de la nature,
  • vous consommez moins d’espace agricole et vous laissez ainsi de la place pour les espèces sauvages,
  • vous diminuez les déchets à traiter,
  • et en plus vous et votre famille, vous vous porterez sans doute mieux !

 

Mais soyons réaliste, cela vous coûtera plus qu’aujourd’hui à la fois en temps et en argent, même si vous mangez moins de viande, achetez moins de sodas, gardez le vin pour les repas avec les amis, et préparez des légumes secs. La nourriture, c’est important, nous sommes aussi ce que nous mangeons … alors prévoyez de réorienter votre budget avec une nouvelle priorité.

 

A vous de jouer !

 

 

Repost 0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 11:35



     Une affaire ? Quelle affaire ? Apparemment il s’agit juste pour les autorités de Bruxelles de donner un peu plus de liberté à nos producteurs dans le secteur de l’alimentation en les autorisant à s’affranchir des contraintes de poids des produits en vigueur jusqu’alors. Pourquoi devoir commercialiser la farine au kg ? 988 grammes, ce n'est pas mal non plus. Vendre au litre les jus de fruits ? Et si l’on les vendait à 0.95 litre ? Cela permettra de jouer sur la perception des prix, et c’est au consommateur, donc au marché, de comparer et de choisir de façon judicieuse.

  
    Bref, nos autorités européennes croient à la logique du marché et de la liberté. Ce sera peut-être un peu plus compliqué de faire ses courses, mais ce n’est pas une affaire… Sauf que nos autorités européennes ont oublié qu’il nous faut limiter le plus possible notre impact sur la planète, crise écologique oblige. Et que dans cette perspective, déréguler en cette matière, c’est éloigner la possibilité d’une utilisation rationnelle des contenants.

  
    Gardons l’exemple des bouteilles de jus de fruits. Aujourd’hui, la plupart de celles-ci sont en verre, de différentes formes censées véhiculer une certaine image du produit vendu, et ne se sont utilisées qu’une seule fois avant d’être récupérées puis refondues. Tout le monde est content : les industriels et les politiques mettent en avant le recyclage et peuvent parler les uns de développement durable et les autres de pratique citoyenne, les responsables marketing n’ont pas de contraintes sur leurs emballages, les services de contrôle sanitaire sont tranquillisés par l’usage unique dudit contenant, et les consommateurs n’ont pas grand-chose à faire pour se sentir vertueux.
   Tout ce circuit n’a qu’un défaut : il consomme une énergie primaire considérable lors de la refonte du verre. Bref, ce mode de fonctionnement reste un monument de gaspillage non compatible avec une vie harmonieuse au sein de notre biotope.

  
    Il y a une logique alternative et celle-ci consiste principalement à n’utiliser que des contenants en verre standards en nombre très limité, que ce soit pour les bouteilles de jus de fruits, les pots de confitures, ou les boites de conserves. Alors il sera possible et commode de les réutiliser, les lieux de commerce alimentaire faisant aussi office de points de collecte vis-à-vis des consommateurs et de points de distribution pour tous les producteurs.
    Solution économique, solution écologique, mais solution qui demande des efforts réels à tous : aux consommateurs qui devront ramener leurs contenants dans les points de collecte après les avoir nettoyés, aux responsables marketing privés de contenant support d’image, aux services sanitaires qui devront contrôler le réemploi des contenants dans le respect de normes sanitaires strictes, enfin aux commerçants qui auront un rôle nouveau à jouer dans le traitement de ces contenants (collecte, stockage, redistribution). Et aux politiques qui doivent d’abord mettre en perspective leurs idées et les contraintes écologiques, et aux Pouvoirs Publics qui doivent poser les règles et les faire respecter.

  
    Comme souvent en matière d’écologie, il s’agit d’échanger plus de travail humain et plus de complication contre moins d’énergie primaire dépensée et moins de pollution. Il s’agit aussi de réfléchir à long terme et de penser ‘global’ : il n’y a pas l’économie d’un côté et l’écologie de l’autre. Puissent nos autorités européennes ne pas complètement l’oublier.



Repost 0
Published by Jean-Christophe VIGNAL - dans Produits
commenter cet article

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche