Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 12:24

Sur l'aspect insupportable de ce drame, tout a été dit. Au-delà d'une évidente compassion,  il est aussi de notre devoir moral de se demander que faire pour éviter de telles catastrophes humaines.

Très souvent est avancée l'idée que la solution est à rechercher dans l'aide au développement, une Europe en crise n'ayant pas vocation à accueillir des milliers et des milliers de migrants. Cela semble frappé au coin du bon sens : si ces personnes avaient chez eux des perspectives de vie sinon attrayantes au moins normales avec de quoi gagner leur vie pour elles et leurs familles, elles ne s'embarqueraient pas sur des bateaux pourris avec des passeurs improbables, allant jusqu'à mettre leur vie en jeu dans une sorte de quitte ou double désespéré.

Revient alors comme une évidence que la seule solution est de favoriser le développement économique de ces pays, à coup d'investissements occidentaux massifs, et l'on évoque des transferts financiers pouvant aller jusqu'à plusieurs points du PIB des pays riches. En oubliant souvent que l'arrivée brutale ou disproportionnée d'une manne financière peut avoir un effet désorganisateur sur un pays et son économie, générant plus de problèmes qu'elle n'en résout. En oubliant surtout que derrière cette idée d'aide au développement se cache encore et toujours cette mystique de la croissance toujours perçue comme la solution à tous nos maux.

Avec l'aide au développement, c'est une économie des pays dits du tiers monde tentant de trouver sa place dans l'économie mondialisée avec toujours plus d'usines, toujours plus d'exportations et d'importations, une frénésie de mouvements en tous sens, avec une classe moyenne en croissance qui peut singer l'Occident. Mais pourquoi cette fameuse croissance conduirait-elle les pays pauvres vers le bien-être alors que cette même mystique de la croissance installe les pays riches d'Occident dans une impasse lourde de dangers à terme ? Ou alors il faut parler d'un autre développement ... mais qui y pense vraiment alors que nous nous sommes, en Europe comme en Amérique, révélés incapables d'en cerner positivement les contours depuis 40 ans que nous parlons d'écologie et de développement durable.

Mais si cette aide au développement-là n'est pas la solution, il faut aussi s'interroger sur la dynamique de croissance démographique qui a marqué les pays du tiers monde depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Beaucoup de ces pays n'ont pas une géographie favorable à la fourniture des éléments essentiels à une population devenue trop nombreuse pour les ressources locales, et bien des hommes et des femmes ne peuvent pas y trouver leur place. Le monde entier a cru en la croissance et dans un développement hors-sol sans limites ; désormais il y a des femmes et des hommes en trop sur des territoires importants, et par ailleurs une crise des pays riches se heurtant aux limites de la planète fait que ces personnes en trop ne sont pas les bienvenues hors de leurs pays d'origine.

C'est donc collectivement qu'il nous faut désormais mettre en œuvre une démographie raisonnable dans le monde, et résoudre aussi le cas de ces hommes et femmes afin qu'ils aient une place, quitte à se serrer un peu !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Bruguier - dans Billets d'humeur
commenter cet article

commentaires

Voyance gratuite par mail 22/11/2013 09:57

Superbe...j'adore votre blog plein de belles idées, d'ailleurs je viens de m'inscrire à votre news, si vous voulez faire de même, c'est avec plaisir,bonne continuation !!!

Didier BARTHES 22/11/2013 10:13



Merci.



teysseire 13/10/2013 18:53

Ces émigrants fuient la guerre mais aussi la misère de pays surpeuplés. Déjà très pauvres et dont le taux de fécondité avoisine- en moyenne -5 enfants par femme , pour la corne de l'Afrique
(majorité des hommes et femmes morts à Lampédusa). La population va s'accroître encore et le changement climatique va aggraver la situation sans parler des troubles politiques et sociaux que la
pauvreté, la densification urbaine engendrent. Il y aura de plus en plus de Lampédusa. aucune solution ne sera efficace tant que la démographie ne sera pas considérée comme le sujet politique
mondial numéro un!

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche