Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 20:37


     A dire la vérité, cet article devait s'intituler : Copenhague : Le succès des intentions.  Je pensais qu'un accord à minima, même de façade serait trouvé.
     Je souhaitais mettre en garde contre un optimisme excessif. Un  accord n'est qu'une intention, une promesse,  à l'instant de sa signature, rien n'est encore fait. 

      Eh bien, même pas !  Même les intentions n'y sont pas. 

      Copenhague accouche d'une  souris lit-on ici et là.  Une simple déclaration selon laquelle il faut faire des efforts pour limiter le réchauffement à deux degrés. Pas de calendrier, pas d'engagement, pas de contrôles et moins encore de contraintes !


     Est-ce grave ? 

    Bien sûr, le  sort de la planète ne se jouait pas en un jour et  en un sommet. Même en cas de succès, notre Terre ne s'en serait pas trouvé sauvée comme par miracle.
    Bien sûr, les mesures de réduction d'émissions de CO2 ne constituent en réalité que des mesures d'étalement des émissions au cours du temps. Or, nous avons maintes fois  souligné sur ce blog que, pour la planète, il était  peu important que tout le CO2 résultant de la combustion des réserves d'énergies fossiles soit émis en 50 ou en 100 ans.

    Ce que révèle l'échec de ce sommet est d'abord que le problème est très difficile. Désormais, les choses sont claires pour ceux qui en doutaient encore. 

   Réussir à endiguer le changement grandissant de la composition atmosphérique par la faute  des activités humaines revient en réalité à briser l'élan sur lequel le monde vit depuis la révolution industrielle et plus encore depuis la seconde guerre mondiale.

   Cet élan, c'est la croissance vertigineuse de la population (*) et de la production. Il est  la base de l'équilibre de nos sociétés. En conscience, aucun chef d'état n'est prêt à le remettre en cause. On sait désormais qu'on ne fera pas de politique écologique efficace à coup de mesurettes et c'est là une perspective contraignante, effrayante même.

   C'est cette promesse de contrainte, c'est cet effroi qui ont  conduit à l'échec. Copenhague  aura au moins eu cette vertu clarificatrice et pédagogique. Il a révélé notre impuissance.

    N'en déplaise aux optimistes forcenés tenants d'une "écologie positive" (le météorologue Laurent Cabrol ou le journaliste Christophe Barbier) ou d'une sortie par le haut avec plus de croissance et de technologie (Claude Allègre, Jacques Attali...), nous sommes aujourd'hui en droit de penser que cet échec donne  au pessimisme un peu plus de légitimité. 

    Hier soir, le désarroi d'un Nicolas Hulot l'illustrait à merveille.



(*) Ce matin 19 décembre  sur RTL, Franz Olivier Giesbert rappelait encore que la démographie galopante constituait notre  principal problème et qu'il n'avait pas été abordé à Copenhague).


Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche