Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 14:44

Voilà que l’on reparle d’un vaste projet (*)  permettant, de joindre l’Asie à l’Amérique par voie terrestre grâce au percement d’un tunnel sous le détroit de Béring.  

Ce projet est en réalité bien plus qu’une liaison entre les deux continents, il s’agit d’une véritable unification ferroviaire de la planète. Ce tunnel creusé, toutes les terres à l’exception de l’Océanie se trouveraient alors reliées par des rails ininterrompus et l’on pourrait bientôt délivrer des billets Paris-New-York, Ushuaïa-Le Cap, ou même Washington-Moscou ce qui serait une bonne façon d’enterrer la guerre froide si l’Histoire ne s’en était préalablement chargée. A l’âge de l’aviation c’est évidemment le fret plus que le transport de passagers qui est visé. Quoique, dans le monde de demain, sans énergies fossiles …

Pour les écologistes cette liaison constitue le mariage de deux contraires : le train adulé et la mondialisation honnie.

Car ne nous trompons pas, ce projet est d’abord l’ultime outil de la mondialisation. Il permettrait notamment de faire passer par le rail une partie des immenses échanges commerciaux qui relient la Chine aux Etats-Unis. Il favoriserait également le développement économique des régions traversées.

Chacun connait les oppositions que font naître tous les projets de voies maritimes à travers l’Antarctique via le fameux passage du Nord-Ouest. Projets rendus possibles par l’amincissement voire la disparition de la banquise d’été consécutive au réchauffement climatique particulièrement sensible dans le Grand Nord.

Le train qui bénéficie d’une image sympathique ne suscite pas de telles réticences. Pourtant, est-ce bien différent ? Il ne s’agit pas seulement de construire un tunnel. Il faut également prévoir une large extension des réseaux ferrés : côté russe pour relier l’entrée du détroit à la ligne du transsibérien, côté américain pour, depuis la pointe occidentale, traverser l’Alaska et une bonne partie du nord-ouest du Canada jusqu’à Vancouver afin de rejoindre le Transcanadien qui lui-même unifie l’Est et l’Ouest du pays. De facto, cela suppose également un ensemble d’aménagements routiers pour relier le réseau ferré aux usines et aux lieux de distribution et de consommation.

L’empreinte d’un tel réseau sur le milieu est même supérieure à celle d’une liaison maritime puisqu’une voie ferrée est un équipement permanent consommateur et fragmenteur d’espaces. Les mêmes écologistes qui hurlent au scandale face aux oléoducs ainsi qu’aux projets de développement du Nord-Ouest Canadien, seront-ils plus rassurés par celui-ci ? Ces terres, des deux côtés du détroit d’ailleurs, sont en effet parmi les rares que comptent encore la planète où l’Homme n’est pas omniprésent et où la nature garde quelques droits. Que faire ?

Ce projet présente des avantages certains, mais le refuser serait aussi un symbole fort, celui de dire : « Nous pouvons, mais nous renonçons. Nous considérons qu’il faut laisser intactes et vierges d’hommes certaines parties de notre Terre, nous considérons qu’il faut cesser de promouvoir encore et toujours les outils d’une croissance infinie dans un monde aux limites chaque jour plus évidentes ».

Plus généralement, le jour ou l’Homme décidera de lui-même de limiter ses pouvoirs ou plus exactement de ne pas réaliser tout ce qui lui est possible, un grand pas aura été fait vers une conduite écologique de nos sociétés. Renoncer par sagesse, voilà qui pourrait être un bon slogan ou plutôt une juste ligne de conduite et de pensée pour les « verts » du monde entier.

 ____________________________________________________________________________________________

(*) Ce tunnel devrait approximativement faire 100 km de long soit grosso modo le double du tunnel sous la manche, la profondeur de la mer est ici de 50 à 60 mètres soit là aussi environ le double de celle du Channel. A priori l’entreprise est donc gigantesque mais sans doute pas impossible. Reste bien sûr à évaluer les données géologiques et notamment la nature des roches traversées et la stabilité sismique. Notons aussi que les réseaux américains et russes ne sont pas au même écartement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier BARTHES - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

voyance par mail 11/12/2013 12:29

Je veux juste que vous sachiez que ce blog va vraiment m'aider à élargir mes connaissances. Merci

Présentation

  • : ECONOMIE DURABLE
  • : Site de réflexion sur l'écologie pour une société durable. Auteurs : Didier Barthès et Jean-Christophe Vignal.
  • Contact

Recherche